Pourvoiries du Nord-du-Québec - Un plan incomplet qui ne servira qu’à faire mourir l’économie du Nord
mardi 30 janvier, 2018
Facebook
Twitter

Québec, le 30 janvier 2018 – Le député de Bonaventure et porte-parole de l’opposition officielle en matière de forêts, de faune et de parcs, Sylvain Roy, est consterné par l’annonce qu’a faite aujourd’hui le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette. En effet, le plan qu’il a présenté vient mettre le dernier clou dans le cercueil du développement faunique du Nord‑du‑Québec, vient asphyxier un secteur économique tout entier.

 

 

EN BREF

  • La majorité des sommes annoncées par le ministre Blanchette sera consacrée au démantèlement de camps de chasse mobiles.
  • Ainsi, au lieu de s’affairer à sauver la région et à redonner de l’élan à son économie, le gouvernement libéral choisit de l’aider à mourir.
  • Souhaitant vivement sauver leurs entreprises et toute l’industrie de la faune, les pourvoyeurs ont pourtant proposé plusieurs solutions au ministre, qui est demeuré sourd.

 

 

« Le ministre Blanchette affirme qu’il a lancé, ce matin, une "stratégie pour la vitalité du patrimoine nordique". Or, le titre est trompeur : la majorité des sommes annoncées sera consacrée au démantèlement des camps de chasse mobiles », a souligné le porte-parole.

 

En effet, on n’y retrouve aucun appui significatif pour stimuler la diversification économique de la région. « Une fois les camps démantelés, il n’y aura plus aucune aide pour développer le Nord, plus aucune source de viabilité pour le transport aérien. Le compte à rebours est commencé pour le démantèlement de l’économie faunique », a-t-il poursuivi.

 

Aucune action depuis août

Sylvain Roy rappelle que les pourvoyeurs du Nord ont pourtant suggéré plusieurs pistes de solution au ministre. « En décembre 2016, quatre jours avant Noël, ils apprenaient la fermeture de la chasse sportive aux caribous, ce qui a mis leur industrie en péril. Loin de se laisser abattre, les pourvoyeurs ont fait leurs devoirs : en août, par le biais d’un comité interministériel, ils ont proposé des solutions pour diversifier l’économie du Nord. Aux dires des membres du comité, ces solutions méritaient d’être étudiées. Mais, depuis, rien n’a bougé. L’automne dernier, nous avons interpellé le ministre à ce sujet, lui demandant d’agir. Toujours pas de réaction de la part de Luc Blanchette. Et aujourd’hui, six mois plus tard, il annonce ni plus ni moins la fin de l’accès au Nord québécois! », a‑t‑il résumé.

 

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?