Pour un virage numérique. Sérieusement. - Révolution numérique : déployer notre fibre nationale sur tout le territoire
samedi 15 septembre, 2018
Facebook
Twitter

Le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, ainsi que Mireille Jean (Chicoutimi) et Michelle Blanc (Mercier), ont présenté les engagements du Parti Québécois à propos de la technologie et du numérique. On peut les résumer ainsi : un gouvernement Lisée effectuera les premiers pas de la révolution numérique québécoise.

EN BREF

  • Avec le Parti Québécois, l’État passera au numérique. Fini, la paperasse. Sérieusement.
  • Nous compléterons le branchement du Québec à la fibre optique. Ces réseaux et les revenus qu’ils généreront pourront être administrés par les instances locales, si elles le souhaitent.
  • Le Conseil national du numérique sera créé; il appuiera les élus et les ministères dans le développement efficace du numérique au Québec, ce qui profitera aux citoyens et aux entreprises de chez nous.
  • Le temps est aussi venu de nommer un ministre responsable du Numérique, d’adopter une politique du développement du logiciel libre et de créer un institut de recherche informatique.
  • Nous mettrons en œuvre un grand chantier de numérisation des produits intelligents développés ici, et appuierons plusieurs autres secteurs de pointe : télémédecine, commerce en ligne, télétravail, etc.
  • Nous allons obliger les grosses firmes informatiques qui obtiennent des contrats gouvernementaux à sous‑traiter l’équivalent de 10 % des montants obtenus à des firmes de plus petite taille.
  • Toutes nos actions viseront à développer l’économie québécoise et à faciliter la vie des citoyens. En plus, sur le plan du numérique, le Québec sera pleinement indépendant!

« Aujourd’hui, nous annonçons la plus grande offensive antipaperasse de l’histoire du Québec. En offrant désormais à tous les citoyens la possibilité d’interagir avec l’État de manière totalement numérique, sans papiers, nous proposons une nouvelle façon de voir le rôle quotidien de l’Administration publique. Nous relèverons ce défi avec l’appui des gestionnaires et d’experts du numérique », a d’abord déclaré Jean-François Lisée.

Il faudra d’abord compléter le réseau de fibre optique québécois. « Actuellement, le gouvernement libéral subventionne les compagnies de télécommunications pour qu’elles branchent les maisons au cuivre, une technologie sur le point d’être dépassée. Nous, nous voyons plus loin : nous déploierons la fibre optique sur l’ensemble du territoire, par le biais d’une filiale d’Investissement Québec, idéalement d’ici 2022. C’est ça, être ambitieux », a poursuivi le chef.

En effet, sous la direction d’un ministre responsable du Numérique, une filiale d’Investissement Québec (NumériQuébec) aura le mandat de créer un consortium d’investisseurs pour compléter le branchement. Hydro‑Québec, la Caisse de dépôt, les compagnies de télécommunications… tous seront invités à s’y joindre. Ensuite, NumériQuébec privilégiera la prise en charge de l’opération par les MRC, les villes ou les régions. Tous se partageront à la fois l’investissement et le rendement.

« La volonté politique locale de brancher les citoyens est forte. L’efficacité est au rendez-vous. Et la propriété du réseau de fibre générera une nouvelle source de revenu stable pour les MRC, ce qui n’est pas négligeable. En plus, une étude démontre que le PIB national d’une société industrielle, comme l’est le Québec, croît de 0,25 % par année chaque fois que 10 % de son territoire jouit d’une couverture de fibre optique », a-t-il aussi mentionné.

Bien sûr, le Parti Québécois ne compte pas s’arrêter là. Pourquoi ne pas faire du Québec une référence du domaine? « Pour assurer l’excellence du Québec sur le plan du numérique, nous mettrons sur pied le Conseil national du numérique, qui sera formé de représentants reconnus de l’ensemble des secteurs d’activité du numérique et de la société civile. Les élus et les ministères devraient obligatoirement le consulter pour toute question concernant le développement numérique sur le territoire québécois. L’objectif est simple : utiliser les meilleures options qu’offre le numérique pour prendre le virage de l’efficacité », a pour sa part précisé Mireille Jean.

De son côté, Michelle Blanc a mentionné que l’État québécois donnera la priorité au logiciel libre et aux standards ouverts de façon générale dans tous ses projets numériques. « Nous nous doterons d’une expertise interne. Nous adopterons une véritable politique de développement du logiciel libre, ainsi que des principes, une norme et un manuel pour la conception et le design des services publics numériques. Le Parti Québécois s’engage également à nommer un ministre responsable du Numérique, qui aura notamment pour responsabilités de mettre en œuvre un grand chantier de numérisation des produits intelligents développés et manufacturés par les entreprises québécoises, et d’appuyer nombre d’autres secteurs technologiques de pointe : les consultations médicales à distance, l’agriculture robotisée, le commerce et la culture en ligne, etc. », a-t-elle énuméré.

Enfin, puisque nous sommes en faveur de l’indépendance sous toutes ses formes, nous l’appliquerons au numérique. « Nous nous doterons de nos propres "fermes" de serveurs gouvernementaux afin d’assurer notre pleine souveraineté en matière de données publiques gouvernementales. Il sera désormais possible de garantir aux Québécois que leurs données sont hébergées sur des serveurs québécois, ce qui n’est absolument pas le cas à l’heure actuelle », a fait valoir Mireille Jean.

« Un monde de possibilités s’ouvre devant nous. À nous de saisir cette occasion unique et de donner, enfin, au Québec un visage du XXIe siècle du point de vue technologique. Notre objectif ultime, avec notre révolution numérique, c’est de faire gagner l’État en souplesse. De le mettre au gym, littéralement. Voilà une façon d’aider concrètement les citoyens et les entreprises du Québec », a conclu Jean-François Lisée.

Rendez vous sur pq.org/revolution-numerique

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?