Pont Mercier : les Québécois ont le droit de savoir
lundi 4 juillet, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Gouin et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Nicolas Girard, dénonce fortement les déclarations du ministre des Transports, Sam Hamad, qui a affirmé dans l’édition du quotidien The Gazette du jeudi 30 juin qu’il refusait de rendre publics les rapports d’inspection sur l’état du pont Mercier parce que les Québécois ne les comprendraient pas.

« La circulation entre l’île de Montréal et la Rive-Sud est devenue un véritable enfer pour des milliers d’automobilistes et de camionneurs. Tout indique que les problèmes vont perdurer encore des mois sinon des années et que cela aura des impacts économiques considérables. Le ministre devrait faire preuve de transparence et non de paternalisme et de mépris », a déclaré Nicolas Girard.

« Face à cette attitude du gouvernement libéral, les Québécois sont en droit de se poser des questions. Est-ce que le ministre des Transports a des choses à cacher? Si ce n’est pas le cas, pourquoi jouer à la cachette? », a demandé le député du Parti Québécois.

« M. Hamad doit se ressaisir au plus vite, assumer ses responsabilités et systématiquement rendre publics tous les rapports d’inspection qui mènent à des fermetures de tronçons routiers d’urgence. La farce a assez duré. Les Québécois ont le droit de savoir », a affirmé le député de Gouin.

Pont Champlain

Il n’y a pas que dans le dossier du pont Mercier que le ministre des Transports manque de transparence. Depuis des mois, le ministre Hamad refuse de rendre publique une étude de préfaisabilité sur la construction d’un nouveau pont Champlain dont le coût a été assumé à 40 % par le gouvernement du Québec, et ce, malgré les demandes répétées de l’opposition officielle et de la députée libérale Fatima Houda-Pepin.