Pont Champlain : pourquoi ne pas demander une rencontre avec Stephen Harper?
jeudi 25 août, 2011
Facebook
Twitter

Montréal – « Nous sommes très déçus de la réponse partisane du premier ministre du Québec, Jean Charest, qui a repoussé du revers de la main la proposition que le Parti Québécois a faite hier de former une délégation d'élus, de gens d'affaires et de représentants de la Coalition Champlain en chantier : Quand? afin de rencontrer le premier ministre du Canada, Stephen Harper, pour exiger un engagement du gouvernement fédéral à construire un nouveau pont. Nous croyons qu'il est plus que jamais nécessaire d'organiser une rencontre au sommet avec M. Harper afin de sortir de l’impasse actuelle qui laisse les citoyens de la Rive-Sud et de l’île de Montréal dans l’incertitude », a déclaré Nicolas Girard, porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports et député de Gouin.

« Malgré l'unanimité québécoise en faveur de la construction d'un nouveau pont Champlain, rien ne bouge à Ottawa. La stratégie de Jean Charest ne fonctionne pas, il a besoin d'aide », a soutenu le député de Gouin.

Nicolas Girard a rappelé que le premier ministre implorait la semaine dernière le gouvernement Harper de donner un signal quant à l'avenir du pont Champlain. « Pour sortir du cul-de-sac avec Ottawa sur le pont Champlain, le premier ministre du Québec a-t-il au moins exigé une rencontre avec Stephen Harper? », a ajouté le porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports.

Le Parti Québécois tend à nouveau la main au premier ministre du Québec afin de travailler ensemble pour obtenir un engagement du gouvernement fédéral pour la construction d’un nouveau pont Champlain. « C'est un enjeu majeur pour l'économie de Montréal. L'attente a assez duré », a-t-il ajouté.

Où sont les autres rapports?

« Devons-nous rappeler que le ministre libéral des Transports refuse encore, malgré les demandes répétées de tous les intervenants, de rendre publics tous les rapports d’inspection de l’ensemble des structures routières de la grande région de Montréal. N’avait-il pas promis de le faire dans les jours qui ont suivi l’effondrement du tunnel Viger? Croit-il que les gens ont oublié? », s’est interrogé Nicolas Girard.