Pont Champlain : Pauline Marois propose une rencontre au sommet avec Stephen Harper
mercredi 24 août, 2011
Facebook
Twitter

Montréal – « La situation des transports à Montréal est devenue intolérable pour la population. Les gens nous demandent d’arriver avec des solutions et d’agir avec force pour améliorer les choses. Nous sommes prêts à agir, non seulement en exigeant des comptes du gouvernement de M. Charest, mais aussi en proposant des solutions, en étant constructifs. Une de ces solutions est connue et elle consiste à construire un nouveau pont Champlain », a déclaré la chef de l’opposition officielle et députée de Charlevoix, Pauline Marois, accompagnée du porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports et député de Gouin, Nicolas Girard, du porte-parole en matière d’affaires intergouvernementales canadiennes et député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, de la députée de Taillon, Marie Malavoy, du député de La Prairie, François Rebello, du député de Saint-Jean, Dave Turcotte, et du député de Chambly, Bertrand St-Arnaud.

« Il existe un large consensus chez les élus et les acteurs socio-économiques de la région de Montréal sur la nécessité d’aller de l’avant avec un nouveau pont Champlain. Pourtant, le gouvernement Harper, malgré les demandes répétées, refuse toujours d’y donner suite. Face à cette inertie néfaste au développement de notre métropole, j’ai proposé ma collaboration dans une lettre transmise ce matin au premier ministre Jean Charest afin que nous formions rapidement une large délégation de la grande région métropolitaine allant au delà des lignes partisanes. Je lui propose que nous nous rendions à Ottawa afin d’organiser une rencontre au sommet avec Stephen Harper, pour lui faire part de notre volonté commune d’aller de l’avant en nous mobilisant sur cet enjeu vital pour le Québec. En faisant preuve d’une détermination sans faille, je suis convaincue que nous pourrons enfin démarrer le projet d’un nouveau pont Champlain. C’est ce que la population attend de nous : que nous agissions. Je m’attends à ce que cette rencontre se tienne avant le début de la session parlementaire à Québec le 20 septembre prochain », a ajouté Pauline Marois.

Congestion routière : des pistes de solutions à court, à moyen et à long terme

« La congestion routière a trois conséquences directes : un impact sur la qualité de vie de milliers d’automobilistes qui passent des heures dans leur voiture matin et soir; un impact sur le plan économique puisque qu’elle nuit aux transports des marchandises et coûte 1,4 milliard à l’économie de Montréal et enfin, un impact négatif sur notre environnement notamment avec l’augmentation des gaz à effet de serre et de la pollution. Par contre, il existe des solutions pour pallier à cette congestion », a déclaré Nicolas Girard.

Solutions à court terme

  1. Offrir un crédit d’impôt remboursable de 10 % à 20 % sur les laissez-passer de transport en commun;
  2. Ajouter des places dans les stationnements incitatifs à Brossard et Boucherville;
  3. Ajouter des services pour les trains de banlieue;
  4. Faciliter les déplacements des citoyens avec les travaux de l’échangeur Turcot qui s’en viennent à grands pas;
  5. Débloquer rapidement des fonds pour maintenir en bon état le métro de Montréal. Il y a 900 000 passages par jour.

Solutions à moyen terme

  1. Augmenter rapidement et de façon significative le nombre de voies réservées pour le transport collectif sur de grandes artères routières et locales de la région de Montréal;
  2. Instaurer des voies réservées sur les boulevards Taschereau et Roland-Therrien pour faciliter et accélérer les déplacements en transport collectif;
  3. Accélérer le réaménagement du réseau supérieur autour de la Place Charles-Lemoyne près du métro Longueuil pour faciliter la circulation des automobiles et des autobus;
  4. Maximiser l'utilisation du réseau ferroviaire desservant les municipalités du sud-ouest de Montréal. On doit améliorer le service sur la ligne de Candiac;
  5. Ajouter progressivement des voies réservées pour le transport collectif sur de grandes artères routières.

Solutions à long terme

  1. Prolonger les trois lignes de métro en dix ans, soit les lignes bleue, jaune et orange. En septembre 2009, les villes de Montréal, Laval et Longueuil ont signé un protocole d’entente pour demander au gouvernement du Québec un programme majeur à cet égard. Au rythme où vont les choses, aucune nouvelle station de métro ne verra le jour d’ici dix ans;
  2. Inclure au nouveau pont Champlain des voies réservées pour le transport en commun en y intégrant un système de train léger sur rail. Ce système léger sur rail permettrait de transporter rapidement et efficacement un très grand nombre de personnes de la Rive-Sud jusqu'au centre-ville de Montréal. Il serait implanté dans l’axe de l’autoroute 10 et du pont Champlain.

« En conclusion, nous incitons M. Charest à interpeller le gouvernement Harper le plus rapidement possible sur le nouveau pont Champlain, et notre préoccupation immédiate, la plus urgente, est de faciliter la vie des gens de la Rive-Sud et de Montréal en matière de transports, concrètement et rapidement. Nous proposons un virage majeur et audacieux à long terme pour tous ceux qui en ont ras-le-bol de passer plus de deux heures par jour dans leur voiture. Il est temps d’agir. Les Québécois veulent un gouvernement qui a une vision à long terme qui nous permettra de procéder à un virage majeur au niveau des transports collectifs et c’est ce que propose le Parti Québécois », a conclu Pauline Marois.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?