Politique économique du gouvernement du Québec - Le gouvernement investit 2 575 000 $ pour offrir des écoles plus saines aux élèves de la Commission scolaire de la Jonquière
lundi 28 octobre, 2013
Facebook
Twitter

Jonquière – M. Sylvain Gaudreault, député de Jonquière, ministre des Transports et ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, a annoncé aujourd'hui, au nom de la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Mme Marie Malavoy, que le gouvernement fera des investissements de 2 575 000 $ dans des établissements scolaires situés à Jonquière pour offrir aux élèves des milieux plus sains. Ces investissements permettront de réaliser des projets d'amélioration, de rénovation et de réfection dans quatre établissements, notamment pour remettre en état des bâtiments et prévenir d'éventuels problèmes de qualité de l'air.

« Devant les problèmes de qualité de l'air que certaines écoles ont connus, le gouvernement a choisi la seule voie possible : l'action. Il nous fallait tout mettre en œuvre pour régler les besoins les plus pressants et agir en amont pour améliorer les infrastructures existantes. C'est ce que nous faisons par ces investissements massifs dans notre patrimoine scolaire », a déclaré la ministre Malavoy.

Ces sommes permettront de réaliser divers travaux correctifs, comme le remplacement de la plomberie et de la ventilation et la réfection de toits, de portes et de fenêtres ainsi que de l'enveloppe extérieure et de la structure des bâtiments. Ces travaux préventifs permettront d'assurer un environnement sécuritaire aux élèves, au personnel enseignant et au personnel scolaire.

« Je suis très heureux pour les Jonquiérois. Ces investissements s'ajoutent aux autres sommes annoncées le printemps dernier pour la réfection d'autres écoles de la Commission scolaire De La Jonquière et pour la construction d'un gymnase à l'école Sainte-Cécile », a déclaré le ministre Gaudreault.

À propos du plan d'action national

Cette annonce s'inscrit dans le contexte d'un plan d'action global gouvernemental visant à régler les problèmes de qualité de l'air dans certaines écoles du Québec, dévoilé le 11 octobre dernier par la ministre Malavoy. Cette démarche gouvernementale s'appuie notamment sur le programme de rénovation des écoles Réno-Écoles, assorti d'une enveloppe de 401,2 millions de dollars, qui constitue l'une des mesures de la Politique économique Priorité emploi.

Le plan d'action global se décline en trois volets : action immédiate contre les problèmes connus de moisissures, détection et prévention. Parmi les investissements prévus, mentionnons une enveloppe de 46,5 millions de dollars destinée exclusivement à lancer une offensive contre des cas de contamination par des moisissures déjà connus dans 19 écoles du Québec, particulièrement à Montréal. Quelque 324,7 millions de dollars seront également alloués pour accélérer les travaux d'amélioration, de rénovation et de réfection des établissements scolaires, à l'échelle du Québec.

Enfin, une somme de 30 millions de dollars servira à mener une vaste opération de détection d'éventuels problèmes de qualité de l'air dans les établissements scolaires, et ce, dans toutes les régions du Québec. Cette opération, qui sera pilotée par un comité formé de représentants du Ministère et du réseau scolaire, permettra d'avoir un portrait juste de la situation de l'ensemble du parc immobilier scolaire québécois pour déterminer les prochaines actions à mener dans ce dossier prioritaire.

« Depuis un an, nous n'avons pas cessé de prendre des mesures pour que nos écoles soient des milieux de vie attrayants, sains, sécuritaires et propices aux apprentissages. Nous nous engageons encore davantage sur cette voie par les gestes porteurs et forts que nous posons aujourd'hui », a conclu la ministre Malavoy.