Politique de souveraineté alimentaire - Le ministre Gendron a réuni la Table de concertation des partenaires du bioalimentaire québécois
mardi 29 octobre, 2013
Facebook
Twitter

Québec – Dans la foulée de la mise en œuvre de la Politique de souveraineté alimentaire, le vice-premier ministre et ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, M. François Gendron, a présidé la deuxième rencontre des membres de la Table de concertation des partenaires du bioalimentaire québécois, hier en Montérégie. Les partenaires de la Table s'étaient rencontrés une première fois lors du lancement de la Politique en mai dernier.

« Je me réjouis du bel esprit de concertation qui se dégage du Québec bioalimentaire actuellement. Je crois que tout le monde reconnaît l'importance de se serrer les coudes et de travailler en étroite collaboration pour s'assurer que la Politique de souveraineté alimentaire aura le maximum d'impact. L'engouement qu'elle suscite est sans équivoque : c'est encourageant pour la suite des choses », a lancé M. Gendron.

Hier, plusieurs sujets étaient à l'ordre du jour dont la réciprocité des normes avec les marchés extérieurs, l'impact des plans de développement de la zone agricole (PDZA) dans les régions du Québec, et un meilleur appui à la relève agricole. L'enjeu de l'accessibilité des tablettes dans les chaînes d'alimentation a aussi fait l'objet d'échanges. « Nous avons le devoir tous ensemble de trouver des solutions durables permettant aux petits producteurs et transformateurs québécois d'avoir une place de choix dans nos grandes chaînes d'alimentation, il s'agit d'un maillon fort de la Politique de souveraineté alimentaire », a affirmé M. Gendron

Au cours des derniers mois, des actions concrètes ont été mises de l'avant afin de donner un élan au secteur bioalimentaire. Une nouvelle publicité « Aliments du Québec », qui incite les consommateurs à développer le réflexe de choisir les produits d'ici, a été lancée en septembre dernier. De plus, plusieurs programmes d'appui ont été annoncés, notamment en matière de commercialisation, de développement de la transformation alimentaire, de recherche et d'innovation, de diversification, de développement régional et d'agroenvironnement. Également, des mesures de soutien aux stratégies sectorielles de développement des circuits courts et des marchés de proximité ont été annoncées.

« Nous partions de loin après sept années d'attente et de tergiversation. L'offensive que nous avons déployée depuis le lancement de la Politique démontre bien le dynamisme du secteur et sa contribution dans le développement économique du Québec », a poursuivi le ministre.

Ce dernier a d'ailleurs tracé un bilan positif de la performance du bioalimentaire québécois lors de la dernière année. « Les ventes des producteurs agricoles ont atteint 7,6 milliards de dollars, une hausse de 3 % par rapport à 2011. L'industrie de la transformation alimentaire s'est démarquée avantageusement du secteur manufacturier et de l'économie du Québec. Ses ventes annuelles de 23,2 milliards de dollars en 2012 la placent au sommet des grands secteurs manufacturiers québécois, suivie de près par la première transformation des métaux. Nos actions portent fruits et nous sommes déterminés à aller encore plus loin », a conclu M. Gendron.

Avec des investissements de 2,3 milliards de dollars et une demande alimentaire annuelle de près de 34 milliards de dollars générant 475 000 emplois, l'industrie bioalimentaire est un moteur puissant de l'économie du Québec.

Pour plus ample information sur la Politique de souveraineté alimentaire, nous vous invitons à consulter régulièrement le blogue (www.PolitiqueSA.gouv.qc.ca) du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et son site Internet (www.mapaq.gouv.qc.ca/PolitiqueSA), ou encore à suivre le Ministère sur Twitter à l'adresse suivante : twitter.com/mapaquebec.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?