Pôle logistique à Contrecœur - Le Parti Québécois accueille favorablement l'étude commandée par le comité pour le développement du pôle logistique de l’est de l’autoroute 30
mardi 9 décembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, d’électrification des transports et de stratégie maritime, Martine Ouellet, le député de Verchères, Stéphane Bergeron, ainsi que le député de Saint-Jean et président du caucus des députés du Parti Québécois de la Montérégie, Dave Turcotte, sont heureux de constater que selon l’étude réalisée par Lemay+DAA stratégies et E&B Data, l’implantation d’un pôle logistique à Contrecœur demeure un choix incontournable pour que le Québec puisse maximiser les retombées liées à l'accroissement projeté du transport de marchandises par voie maritime.

« Dans le contexte de l’accord Canada-Europe, le transport conteneurisé prendra une place de plus en plus importante dans l’économie québécoise. De plus, maximiser le transport par train et par bateau permet de minimiser notre empreinte carbone. Un pôle logistique à Contrecœur aura un potentiel de 3,5 millions de conteneurs annuellement, soit plus de 8 fois la capacité du site de Vaudreuil-Soulanges. À la lumière de l’information contenue dans cette étude, nous demandons au gouvernement d’être cohérent et rigoureux, et de faire de Contrecœur un élément phare du prochain pôle logistique. Le Québec doit se doter d’infrastructures de pointe pour être prêt à répondre à la demande », a souligné Martine Ouellet.

L’étude d’aujourd’hui vient confirmer que le site de Contrecœur présente des avantages non négligeables. En effet, elle conclut que le projet pourrait créer plus de 24 000 emplois et que les retombées fiscales potentielles compenseraient largement les coûts liés à l’implantation, puisqu'elles s'établiraient à 249 millions de dollars. La grappe industrielle CargoM avait d’ailleurs commandé une étude à KPMG-SECOR, et celle-ci concluait que la qualité des infrastructures portuaires était le premier facteur de compétitivité guidant les entreprises lors du choix d’un pôle logistique pour leur établissement.

« Le site de Contrecœur présente des caractéristiques que le gouvernement ne peut ignorer : un port accessible 12 mois par année, des terrains en zone industrielle, une acceptabilité sociale régionale bien établie et un partenaire plus que majeur dans ce type de projets, le Port de Montréal, qui prévoit d'ailleurs mener des travaux d'agrandissement majeurs au cours des prochaines années, afin d'être prêt à faire face aux défis qui s'annoncent. Il ne doit pas s’agir d’un enjeu partisan pour le gouvernement; on parle ici d’une décision importante pour l’ensemble de l’économie québécoise », a ajouté Stéphane Bergeron.

« En novembre 2013, le conseil national du Parti Québécois a d’ailleurs adopté à l’unanimité une résolution appuyant l’implantation d’un pôle intermodal moderne à Contrecœur. Aujourd’hui, cette nouvelle étude démontre que le choix de Contrecœur est logique et qu’il aura des retombées considérables pour la région et l’ensemble du Québec », a conclu Dave Turcotte.