Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020 - Le Parti Québécois salue la reconduction de ses mesures, mais déplore le manque de moyens pour les déployer
lundi 8 décembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Rosemont et porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile et de prévention, Jean-François Lisée, et le député de Rimouski et porte-parole en matière de lutte à la pauvreté, de solidarité et d’économie sociale, Harold LeBel, constatent avec déception que, bien qu’il s’inscrive en continuité avec les travaux réalisés par le gouvernement du Parti Québécois, le plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020 dévoilé hier par la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, comporte peu de moyens financiers permettant d’atteindre les objectifs identifiés.

« Les attentes étaient grandes à la suite du lancement de la toute première politique nationale de lutte à l’itinérance, en février, par notre gouvernement. Malheureusement, malgré plusieurs mesures intéressantes, le plan proposé ne comporte aucun échéancier précis permettant d’évaluer la réalisation des mesures et l’atteinte des objectifs fixés. De plus, la ministre a annoncé le même montant récurrent de 4,6 millions pour réaliser son plan, soit rien de neuf pour prévenir et lutter contre l’itinérance ou pour mettre en place des mesures pourtant nécessaires afin de venir en aide aux personnes parmi les plus démunies », a déclaré Jean-François Lisée.

Le député de Rimouski déplore de son côté que le plan ne prévoie aucune bonification du Programme de soutien aux organismes communautaires, qui interviennent pourtant directement auprès des personnes en situation d’itinérance au quotidien. « Plusieurs contradictions apparaissent : par exemple, pendant que le gouvernement coupe les vivres à de nombreux programmes en région avec ses mesures d’austérité, notamment en santé publique, il inscrit dans son plan d’action la nécessité de prévenir l’itinérance et de continuer à soutenir le milieu communautaire », a-t-il illustré.

Le gouvernement faillit encore une fois à sa responsabilité de défendre le Québec devant Ottawa

« Le gouvernent libéral est de nouveau à plat ventre devant Ottawa et renie sa parole. Après avoir voté à deux reprises en faveur d’une motion exigeant le respect des orientations québécoises en matière de lutte contre l’itinérance, le gouvernement libéral vient cautionner, en inscrivant noir sur blanc dans le plan qu’il mettra en place l’approche "logement d’abord", la volonté d’Ottawa de dicter au Québec de quelle manière il devrait lutter contre l’itinérance, avec une seule et unique approche. C’est totalement inacceptable! », a ajouté Jean-François Lisée.

Enfin, les députés ont tenu à souligner le fait que plusieurs aspects des travaux entamés sous le gouvernement du Parti Québécois ont été conservés, entre autres la préoccupation pour l’accès à tous à la carte d’assurance maladie, des mesures adaptées aux différents visages de l’itinérance et l’investissement de 42 millions pour la création de 500 nouveaux logements sociaux.