Personnes handicapées : Dominique Vien doit prendre ses responsabilités
lundi 20 juin, 2011
Facebook
Twitter

Québec - Le député de Saint-Hyacinthe et porte-parole de l’opposition officielle pour les personnes handicapées, Émilien Pelletier, s’inquiète des données rapportées par le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ) qui estime à 60 % le nombre d’endroits publics inaccessibles aux personnes à mobilité réduite.

« C’est tout à fait impensable qu’en 2011 autant de lieux publics ne soient pas accessibles aux personnes à mobilité réduite. À chaque fois qu’une personne handicapée est écartée de ces lieux publics, cela devient discriminatoire et nous ne pouvons pas laisser les choses aller ainsi », s’est désolé Émilien Pelletier.

Le porte-parole de l’opposition officielle pour les personnes handicapées rappelle que la sortie du RAPLIQ s’inscrit dans la même démarche que la sienne alors que le 9 juin dernier il questionnait la ministre Vien à ce sujet à l’Assemblée nationale. « Les problèmes vécus par les personnes handicapées sont loin d’être anodins. Dans ce cas-ci, une dame de 72 ans de Granby atteinte d’ostéoporose sévère ne pouvait accéder de façon sécuritaire à sa clinique médicale, celle-ci n’étant pas adaptée aux personnes à mobilité réduite. C’est inacceptable! », s’est indigné le député.

« Fidèle à son habitude, la ministre Vien s’est contentée de répondre à la question vaguement sans réellement prendre en considération le cas de cette dame. Le temps est venu de passer de la parole aux actes et de permettre une véritable accessibilité aux lieux publics pour les personnes handicapées. L’exclusion sociale des personnes handicapées est inacceptable peu importe la forme et je demande à la ministre de prendre au sérieux toutes les interventions des organismes de défense des droits de ces personnes », a conclu le député Émilien Pelletier.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?