Baisse du prix de certains permis: Une mesure insuffisante pour assurer la viabilité à long terme du secteur faunique
jeudi 14 mars, 2019
Facebook
Twitter

Québec, le 14 mars 2019 – Le député de Bonaventure et porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de forêts, de faune et de parcs, Sylvain Roy, se dit ravi que la CAQ ait décidé de baisser le tarif pour l’obtention d’un permis de pêche ou de chasse au petit gibier, une idée d’abord avancée par le Parti Québécois. Toutefois, il est d’avis que cette seule mesure ne suffira pas pour régler les problèmes que constituent le manque de relève et l’accès à notre patrimoine faunique collectif.

EN BREF

  • La baisse du prix des permis de pêche et de chasse au petit gibier est une bonne nouvelle, mais cela ne suffira pas.

  • Les objectifs ultimes étant d’encourager la relève et de démocratiser l’accès à la nature, plusieurs autres mesures doivent être envisagées, et ce, à court terme.

  • Comment le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) palliera-t-il la diminution de ses revenus?
      

Sylvain Roy qualifie la décision du gouvernement de la CAQ de « particulière ». « Le ministre a l’air de croire que la population ne se rend pas compte que pendant que les tarifs des permis de pêche et de chasse au petit gibier baissent, ceux des permis pour le gros gibier augmentent. Et ça, c’est sans parler des montants exorbitants qu’on exige pour l’utilisation des rampes de mise à l’eau, ou bien des augmentations des baux de villégiature, qui ont atteint 530 % à certains endroits! Quand le ministre va-t-il s’attaquer à ces autres problèmes? », a‑t‑il demandé.

Il y a quelques mois, le député de Bonaventure a effectué une tournée « faune », qui l’a mené aux quatre coins du Québec. Son constat est très clair : pour répondre adéquatement aux enjeux du secteur, une mesure unique ne suffit pas.

« Pour soutenir durablement l’économie faunique, le Québec doit créer un centre de recherche en ce domaine, se doter d’une politique nationale d’accès aux plans d’eau, réembaucher des agents de conservation de la faune, planifier des projets pilotes pour la pêche avec poissons appâts et redonner l’accès à la chasse au caribou, notamment. Ce sont là, d’ailleurs, quelques-unes des pistes de solution mises en avant par le Parti Québécois. Si le gouvernement souhaite qu’on lui donne d’autres bonnes idées, nous le ferons volontiers; il n’a qu’à communiquer avec nous! », a indiqué Sylvain Roy.

Enfin, le député espère que le gouvernement a tenu compte des impacts de sa décision sur le budget du MFFP. « Le premier ministre l’a déjà affirmé très clairement : les ministères devront se contenter des enveloppes budgétaires actuelles, ils n’auront pas accès aux surplus. Donc, quelles seront les conséquences de la baisse du prix des permis sur l’ensemble du secteur faunique? », a-t-il soulevé.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?