Pauline Marois reçue par le Président de la République française
lundi 15 octobre, 2012
Facebook
Twitter

Paris – À l’amorce de sa première mission en France, la première ministre du Québec, Mme Pauline Marois, s’est entretenue avec le Président de la République française, M. François Hollande. Lors d’un point de presse conjoint avec le Président, la première ministre a souligné l’attachement du Québec à la France ainsi que la volonté de son gouvernement d’approfondir encore davantage ce lien historique.

« J’ai toujours dit que le Président choisirait ses mots et, ce matin, il a choisi ses mots en vous disant qu’il était toujours à nos côtés et que cette relation de solidarité allait se perpétuer. Le Québec est plus que jamais disposé à investir dans cette relation d’exception, qui appartient à nos citoyens encore davantage qu’à nos gouvernements », a affirmé la première ministre.

Mme Marois a échangé avec le Président Hollande sur des dossiers d’intérêt commun, tels que la jeunesse, la mobilité professionnelle entre le Québec et la France, et le projet d’accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. « Nous avons lancé les bases d’une nouvelle étape qui repose sur l’innovation et la créativité culturelle et économique afin de consacrer de manière concrète le caractère unique de notre relation », a déclaré Pauline Marois.

La première ministre et le Président ont également discuté des conclusions du XIVe Sommet de la Francophonie tenu à Kinshasa, auquel ils ont pris part, notamment de celles relatives au respect des droits de la personne et à l’égalité des genres. La première ministre a fait part de l’intérêt du Québec à multiplier ses liens de coopération économique et de solidarité avec la Francophonie.

En après-midi, la première ministre a rencontré le président de l’Assemblée nationale, M. Claude Bartolone, qui était accompagné d’autres députés. À cette occasion, elle a salué la contribution des parlementaires aux échanges franco-québécois, notamment à travers le Groupe d’amitié France-Québec.

« Assises de la démocratie, nos institutions parlementaires sont des témoins privilégiés des grands enjeux sociaux, politiques et économiques qui animent nos sociétés. À ce titre, elles apportent une contribution notable au riche dialogue entre le Québec et la France », a conclu la première ministre.