Participation financière gouvernementale dans les gaz de schiste : le gouvernement Charest n'a pas à réfléchir, c'est non!
samedi 3 septembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de mines et de gaz de schiste, Martine Ouellet, estime que ce serait une aberration que le gouvernement du Québec songe à participer financièrement dans l’industrie des gaz de schiste dans l’état actuel des choses.

« Avant de penser à investir, encore faudrait-il avoir un appui populaire. On est loin du compte : le consensus social n’est pas au rendez-vous. Ce qu’il nous faut actuellement, c’est un moratoire, pas autre chose », a déclaré Martine Ouellet.

Elle s’étonne que le gouvernement libéral ouvre aussi rapidement la porte à cette idée lancée la semaine dernière par l’industrie. « Les libéraux répètent inlassablement que ce n’est pas à l’État de prendre des risques. Investir dans les gaz de schiste, c’est un énorme risque puisque cette industrie va de mal en pis. Les risques sont autant environnemental, social qu’économique. Bref, on est loin des principes de développement durable et ce que l’on constate avec cette ouverture rapide exprimée par le premier ministre Charest, c’est que le gouvernement est davantage au service de l’industrie qu’au service de la population », a-t-elle conclu.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?