Partenariat transpacifique - Quelles seront les exigences du premier ministre libéral Philippe Couillard?
mardi 6 octobre, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Saint-Jérôme et chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, a demandé au premier ministre libéral Philippe Couillard quelles exigences il posera au fédéral pour que le gouvernement du Québec donne son accord au Partenariat transpacifique, notamment en ce qui a trait à la pleine compensation pour les producteurs agricoles touchés.

« Malheureusement, les craintes de nos producteurs agricoles se sont matérialisées. Des importations supplémentaires ont été consenties dans nos secteurs sous gestion de l’offre, principalement les produits laitiers, mais aussi les œufs et la volaille. L’inquiétude est palpable du côté des producteurs touchés par ces changements. Au Québec, on parle de 14 000 travailleurs et entrepreneurs qui attendent de voir quels seront les effets concrets de ces brèches faites dans notre modèle agricole. Aurions-nous pu faire autrement, pour diversifier nos marchés d’exportation, que de permettre aux producteurs subventionnés des États-Unis de venir concurrencer nos entrepreneurs? Nous ne le saurons jamais parce que nous sommes confinés au rôle de spectateurs », a déclaré Pierre Karl Péladeau.

Le chef de l’opposition officielle ajoute que le premier ministre libéral Philippe Couillard doit conserver un rapport de force pour s’assurer que le Québec sorte gagnant de cet accord. « Lorsqu’une entente de principe avait été annoncée avec l’Europe, le gouvernement du Parti Québécois avait indiqué que notre approbation finale était conditionnelle à un mécanisme de compensation satisfaisant pour les agriculteurs touchés. Nous sommes en faveur du libre-échange, mais est-ce que le premier ministre peut donner la même assurance à nos producteurs, et indiquer qu’il n’approuvera l’accord que lorsque nous aurons la certitude que le mécanisme de compensation sera convenable pour le Québec et ses producteurs agricoles? », a-t-il poursuivi.

Les normes du Québec doivent être respectées

Pierre Karl Péladeau a en outre rappelé que plusieurs questions demeurent, entre autres celle des normes de qualité qui seront appliquées aux importations. « Est-ce que le premier ministre peut nous indiquer si, pour vendre des produits laitiers au Québec, les producteurs américains devront respecter toutes les normes que nous imposons à nos propres producteurs et qui servent à garantir la qualité de nos produits aux Québécois? Est-ce que le contrôle douanier sera appliqué plus strictement? Nous n’avons aucun contrôle là-dessus. Est-ce que les compensations promises par le fédéral seront adaptées à la réalité de nos producteurs? Pour l’instant, le premier ministre est incapable de répondre à ces questions. Il doit donc s’engager à apporter des réponses satisfaisantes aux Québécois, et ce, avant d’avaliser le Partenariat transpacifique », a-t-il conclu.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?