Par son silence, Philippe Couillard cautionne la définition inacceptable du bilinguisme de Justin Trudeau
vendredi 12 août, 2016
Facebook
Twitter

Québec – À la suite des déclarations de la ministre fédérale de la Justice au sujet du supposé bilinguisme requis pour la nomination de juges à la Cour suprême, la députée de Joliette et porte-parole du Parti Québécois en matière de justice, Véronique Hivon, ainsi que le député de Verchères et porte-parole en matière de relations Québec-Canada, Stéphane Bergeron, ont dénoncé le silence complet du gouvernement libéral quant à la nouvelle définition du bilinguisme donnée par la ministre Jody Wilson-Raybould.

« L’annonce du gouvernement Trudeau n’était visiblement que de la poudre aux yeux. La définition du bilinguisme de la ministre est inacceptable, d’autant plus qu’elle met en lumière une incompréhension totale du Québec et du fait français. Est-ce que le premier ministre du Québec est d’accord avec une telle définition? Quelle est, à son avis, l’exigence que l’on devrait avoir pour les juges de la Cour suprême? », a demandé Véronique Hivon.

« Nous constatons une nouvelle fois que malgré les beaux discours, le gouvernement fédéral de Justin Trudeau ne comprend pas le Québec. Une autre promesse s’envole en fumée, et ce, dans la totale indifférence du gouvernement libéral du Québec et de son ministre responsable des Relations et de la Francophonie canadiennes, Jean-Marc Fournier », a ajouté Stéphane Bergeron.