Organismes d’aide à l’emploi pour les femmes - Encore une fois, le gouvernement libéral fait porter le poids de l’austérité aux femmes
jeudi 4 juin, 2015
Facebook
Twitter

Québec – La députée d’Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l’opposition officielle en matière de condition féminine, Carole Poirier, dénonce les coupes que la ministre de la Condition féminine, Stéphanie Vallée, tente d’imposer aux 16 organismes qui, partout à travers le Québec, se consacrent à l’intégration ou à la réintégration des femmes au marché du travail.

En Chambre ce matin, la députée a demandé à la ministre où était passée la somme de 1,2 M$ destinée au financement des organismes ayant comme mission d’intégrer les femmes au marché du travail, particulièrement les femmes les plus démunies.

Ces organismes sont présents dans 11 régions et soutiennent des centaines de femmes. Leur expertise unique a fait l’objet d’une étude approfondie et a été reconnue, en 2014, par le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Or, hier, ils indiquaient n’avoir toujours pas reçu les sommes qu’on leur accorde depuis 8 ans et qui leur permettent de soutenir leur mission particulière auprès des femmes.

« On assiste à une autre attaque libérale contre les femmes. Cette situation menace le développement économique régional et provoque la suppression de postes et de services qui s’adressent aux femmes, notamment aux jeunes mères monoparentales qui souhaitent briser le cycle de la pauvreté. Encore une fois, le gouvernement libéral fait porter le poids de l’austérité aux femmes. C’est aberrant! », a dénoncé Carole Poirier.

La députée déplore davantage encore la réponse de la ministre, qui s’est contentée de dire que les organismes devaient faire des efforts et se serrer la ceinture. « De nouveau, la ministre de la Condition féminine a failli à sa tâche; elle n’a pas su défendre les femmes du Québec. Elle a choisi de donner la priorité à l’austérité, au détriment du bien-être et du respect des droits économiques des femmes. Je n’ai jamais vu ça! », a-t-elle conclu.