Nouvelles révélations dans l'affaire Catania : le Parti Québécois veut des réponses
mercredi 8 août, 2012
Facebook
Twitter

Montréal – Le député et candidat du Parti Québécois dans la circonscription de Marie-Victorin, Bernard Drainville, s'inquiète des révélations du journal La Presse de ce matin sur la Fondation F. Catania. « Alors que les libéraux ont prétendu qu'il s'agissait d'un pétard mouillé, on apprend plutôt que nos révélations de lundi semblent être la pointe de l'iceberg d'un autre scandale impliquant des amis du Parti libéral. Une part importante des sommes issues de la vente d'un terrain acquis de la Commission scolaire Riverside par la Fondation F. Catania se serait retrouvée dans les poches des dirigeants de l'entreprise Catania. »

Selon La Presse de ce matin, à la fin de l'exercice financier se terminant le 31 juillet 2011, 85 537 $ ont été versés en dons par la Fondation, alors que 370 290 $ ont été avancés à un proche de la Fondation.

« Michelle Courchesne et le Parti libéral répètent depuis deux jours que l'argent de la Fondation a été donné à des œuvres de charité. Or, ce que l'on apprend dans La Presse, c'est que l'argent de la Fondation aurait servi à des proches plutôt qu'à des œuvres de charité. Les libéraux cherchent encore à manipuler l'opinion publique », s'est indigné Bernard Drainville.

Par ailleurs, le Parti Québécois se questionne sur l'entreprise qui a décontaminé le terrain. « Les libéraux doivent dire à la population qui a décontaminé le terrain. Est-il nécessaire de rappeler que la décontamination a été au cœur du scandale du Faubourg Contrecœur qui impliquait directement l'entreprise Catania et quelques-uns de ses dirigeants? Les citoyens de Brossard et les Québécois ont le droit de savoir », a ajouté Bernard Drainville.

« Au lieu de me menacer d'une poursuite bâillon pour me faire taire, la candidate libérale de La Pinière, Fatima Houda-Pepin, devrait plutôt expliquer ses liens avec Paolo Catania. A-t-il joué un rôle dans sa campagne de financement en 2008? Elle doit donner des explications quant au financement fait au Parti libéral par plusieurs membres de l'entreprise Catania et de la Fondation F. Catania et par des personnes impliquées dans la revente du terrain, qui ont versé un total de plus 40 000 $ en 2008. Au Parti libéral, quand il est question d'intégrité, c'est toujours des menaces et de l'intimidation envers ceux qui posent des questions », a indiqué le candidat du Parti Québécois dans Marie-Victorin.

« La question centrale de cette affaire demeure toujours sans réponse. Pourquoi le gouvernement de Jean Charest a-t-il autorisé la Fondation F. Catania à vendre le terrain alors que le projet de centre communautaire était abandonné? Pourquoi les libéraux et Fatima Houda-Pepin ont laissé leurs amis s'enrichir au détriment de la collectivité? », a conclu Bernard Drainville.