Nouvelle filière industrielle au Québec : fabrication d'hydroliennes - Le gouvernement du Québec participe à l'entente de partenariat entre RER Hydro, La Compagnie Boeing et Hydro-Québec
lundi 11 novembre, 2013
Facebook
Twitter

Bécancour – La première ministre du Québec, Pauline Marois, accompagnée de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, et du ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs et ministre responsable des régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Yves-François Blanchet, a confirmé la participation du gouvernement du Québec à l'entente de partenariat entre RER Hydro, La Compagnie Boeing et Hydro-Québec visant à poursuivre le développement de la filière industrielle d'hydroliennes au Québec et dont le coût est évalué à 130 millions de dollars.

Dans le cadre de cette entente, le gouvernement du Québec s'engage à contribuer financièrement pour un montant maximal de 85 millions de dollars sous forme d'équité et de prêts. La participation du gouvernement dans la réalisation de ce projet pourrait permettre, à terme, d'implanter à Bécancour une usine de fabrication d'hydroliennes de taille commerciale pouvant produire environ 500 unités par an et permettant la création de quelque 600 emplois directs et indirects.


« Mon gouvernement contribue activement à l'essor de nouvelles filières qui sont prometteuses pour l'avenir économique du Québec, comme nous l'avons démontré récemment avec la présentation de notre stratégie d'électrification des transports, a rappelé Pauline Marois. À présent, notre participation à cette entente de partenariat favorisera le développement de la filière industrielle d'hydroliennes, qui présente un grand potentiel économique pour le Québec, notamment en raison des possibilités importantes d'exportation. En plus de nous permettre de produire de l'énergie renouvelable à partir d'une technologie novatrice, cette filière engendrera la création d'emplois durables et des retombées majeures pour le Québec, entre autres pour la municipalité de Bécancour et la région du Centre-du-Québec. »

L'hydrolienne est une technologie d'avenir qui se démarque par sa performance et son efficacité technique. Elle possède un potentiel de marché mondial en plus d'être une solution de rechange pour l'alimentation en électricité des milieux isolés, tels que les réseaux autonomes du Nord du Québec.

« En utilisant la force du courant pour produire de l'électricité, RER Hydro met tout en œuvre pour fournir une énergie propre, fiable et renouvelable. Grâce à ses hydroliennes, RER Hydro permettra de remplacer le mazout dans les réseaux non reliés où il y a des rivières. Je suis fière d'ailleurs que ce projet ait reçu un soutien financier à l'innovation du ministère des Ressources naturelles. Le Québec est un leader mondial dans les énergies vertes et nous devons plus que jamais miser sur notre expertise et notre savoir-faire », a déclaré Martine Ouellet.


La première ministre, Pauline Marois, prend connaissance de la maquette de l'hydrolienne de RER. // (c) Thierry St-Cyr

« Lors de la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2, nous nous étions engagés à revitaliser l'économie des régions du Centre-du-Québec et de la Mauricie, et c'est ce que nous avons fait en mettant en avant une stratégie concertée de diversification économique pour ces régions », a indiqué Yves-François Blanchet.

« Le Québec est le berceau de l'hydroélectricité et un savoir-faire particulier y a été développé, a mentionné M. Imad Hamad, président-directeur général de RER Hydro. L'hydrolienne est un groupe turbine alternateur qui ne nécessite aucun barrage. Cette nouvelle filière industrielle aidera à transformer davantage les ressources naturelles du Québec au profit des Québécois. »

« La priorité de mon gouvernement est de conserver et de créer des emplois de qualité qui contribueront au dynamisme ainsi qu'à la croissance de toutes les régions du Québec. La Politique économique Priorité Emploi est, à cet effet, un puissant levier de développement pour tout le Québec. Elle permettra de créer 43 000 emplois durables et de générer plus de 7 milliards de dollars en investissements d'ici 2017. Notre participation à cette entente de partenariat entre RER Hydro, La Compagnie Boeing et Hydro-Québec représente un pas de plus vers l'atteinte de nos objectifs de prospérité pour tous les Québécois », a conclu la première ministre.

Pour en apprendre davantage sur la Politique économique Priorité emploi, consultez le www.economie.gouv.qc.ca/politiqueeconomique.

ANNEXE

Projet de développement de la filière industrielle d'hydroliennes au Québec en trois phases

La première phase du projet d'investissement a déjà été complétée avec succès par l'entreprise RER Hydro, qui se spécialise dans la conception et la fabrication d'hydroliennes en milieu fluvial destinées à la production d'électricité. RER Hydro emploie actuellement 35 personnes à son siège social de Montréal. Cette première phase concernait l'expérimentation d'un prototype d'hydrolienne de première génération (TRÉC-I) qui a été installé en 2010 dans le fleuve Saint-Laurent, à proximité du pont de la Concorde, et qui fonctionne de façon continue depuis. Des investissements de 23 millions de dollars, dont 3 millions attribués par le gouvernement du Québec, ont été nécessaires à la réalisation de cette phase du projet.

La deuxième phase du projet est estimée à 51,5 millions de dollars, dont 25 millions seront attribués par le gouvernement du Québec sous forme d'équité et de prêts avec intérêt. Elle consiste à implanter une vitrine technologique composée de six hydroliennes de deuxième génération (TRÉC-II), d'une capacité totale de 0,75 MW, dans le fleuve Saint-Laurent, toujours à proximité du pont de la Concorde. Cette vitrine technologique permettra à La Compagnie Boeing, avec qui RER Hydro s'est associée pour la réalisation de ce projet, de compléter des tests techniques. La mise en œuvre de cette vitrine technologique s'échelonnera sur une période de trois ans et créera 15 emplois directs à l'usine de fabrication d'hydroliennes de RER Hydro à Bécancour et 10 autres dans la région de Montréal.

La troisième phase débutera en 2016 si les résultats de la deuxième phase sont concluants. Cette portion du projet, estimée à 81 millions de dollars et dont un montant maximal de 60 millions proviendra du gouvernement du Québec sous forme de prêts à redevances, vise l'implantation d'un parc de démonstration composé d'une quarantaine d'hydroliennes d'une capacité totale de 9 MW. Ce parc appuiera les efforts de commercialisation à l'international de la filière industrielle d'hydroliennes au Québec en démontrant aux acquéreurs potentiels le fonctionnement de cette nouvelle technologie à l'échelle commerciale. Cette phase consolidera 50 emplois chez RER Hydro, en plus de créer 40 emplois directs et 80 emplois indirects chez différents fournisseurs.

Notons que dans le cadre de l'entente de partenariat annoncée aujourd'hui, Hydro-Québec achètera l'électricité produite par RER Hydro ou une de ses filiales, le cas échéant. De plus, la division TM4 de l'entreprise fournira des sous-ensembles pour la fabrication de l'alternateur.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?