« Nous sommes déterminés à mettre en valeur l’agriculture québécoise. » – Pauline Marois
lundi 17 mars, 2014
Facebook
Twitter

Longueuil – Après une rencontre avec les membres de l’Union des producteurs agricoles (UPA), la première ministre du Québec et chef du Parti Québécois, Pauline Marois, s’est engagée à poursuivre la mise en œuvre de la Politique de souveraineté alimentaire.

« Cette politique, qui touche l’ensemble du secteur agricole et bioalimentaire québécois, était attendue depuis de nombreuses années. Le gouvernement libéral n'a jamais voulu proposer une telle politique. De notre côté, nous visons la production d’aliments québécois de qualité et souhaitons que ceux-ci prennent plus de place dans l’assiette des Québécois. Nous voulons aussi développer un secteur bioalimentaire prospère, rémunérateur, générateur d’emplois et respectueux de l’environnement », a indiqué la première ministre.

Déjà, le gouvernement du Parti Québécois a agi en implantant plusieurs mesures concrètes :

  • l’abolition de la mesure d’efficacité dite du 25 % du Programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA);
  • la production serricole peut désormais bénéficier de tarifs électriques mieux adaptés et plus avantageux;
  • la Loi sur l’acquisition de terres agricoles par des non-résidents a été renforcée pour resserrer les critères d’accès;
  • l’offre de programmes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) et de La Financière agricole du Québec a été améliorée, notamment pour la relève agricole, la diversification et le développement régional, la transformation alimentaire, l’innovation, le développement des marchés de proximité et l’agroenvironnement. Pour sa part, le Groupe de travail sur la sécurité du revenu en agriculture fera des recommandations;
  • la Stratégie de positionnement des aliments du Québec sur le marché institutionnel, dévoilée le 18 décembre 2013, mettra à contribution plusieurs ministères et organismes, du jamais vu.

« Mon gouvernement a posé des gestes concrets, forts et créatifs pour soutenir et faire grandir le secteur bioalimentaire du Québec. Du producteur agricole jusqu’aux institutions du gouvernement, nous voulons créer des emplois de qualité dans chaque région. Nous sommes déterminés à bâtir un Québec plus fort et plus indépendant dans le domaine agricole et bioalimentaire », a conclu Pauline Marois.

Il nous faut les moyens d’agir

Nous avons un plan et l’équipe pour réussir. Aujourd'hui, il est temps de nous donner les moyens d'aller plus loin encore.

Visionnez la conférence de presse.