Mourir dans la dignité : la Loi concernant les soins de fin de vie sera le premier projet de loi déposé à l’Assemblée nationale
dimanche 30 mars, 2014
Facebook
Twitter

Montréal – « Parce qu’il s’agit d’un projet de loi unique et d’une importance capitale, je m’engage à ce que la Loi concernant les soins de fin de vie soit le premier projet de loi déposé à l’Assemblée nationale immédiatement après l’élection d’un gouvernement du Parti Québécois. Par la même occasion, je demande au chef du Parti libéral, Philippe Couillard, de s’engager à ce que nous puissions poursuivre le travail législatif à partir du point où nous en étions au moment de la dissolution de l’Assemblée nationale », a déclaré Pauline Marois.

En effet, pour que l’Assemblée nationale puisse reprendre les travaux sur ce projet de loi, il faut un consentement unanime des 125 députés. La Coalition Avenir Québec et Québec solidaire se sont déjà dits favorables. Il faut maintenant savoir ce que compte faire le Parti libéral.

« Après plus de quatre ans de travail au service des personnes malades et de leur famille, où tous les partis politiques ont collaboré sans partisanerie, nous devrions aujourd’hui nous réjouir de l’adoption de la loi. Malheureusement, il n’a pas été possible de le faire. Je suis fière aujourd’hui d’appartenir à une formation politique qui s’engage formellement à poursuivre le débat et à faire adopter cette loi qui touche tous les Québécois, celle du droit de mourir dans la dignité », a ajouté Véronique Hivon.

Rappelons que le gouvernement du Parti Québécois a tout tenté pour faire adopter le projet de loi no 52 avant le déclenchement des élections, notamment en proposant de prolonger les heures de débat, ce que Philippe Couillard a refusé.

« Les Québécois veulent être rassurés. Je demande à Philippe Couillard de s’engager formellement à ce que le Québec soit doté d’une loi sur les soins de fin de vie avant la fin de la prochaine session parlementaire », a poursuivi Pauline Marois.

Rappelons que ce projet de loi s’inscrit en droite ligne avec les recommandations unanimes de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité, lesquelles sont issues d’un important travail de consultation mené par des députés provenant des quatre formations représentées à l’Assemblée nationale, dans huit villes du Québec. Ce projet de loi reflète les conclusions de la commission spéciale en proposant une vision globale et intégrée des soins et des droits des personnes en fin de vie.

« Le projet de loi concernant les soins de fin de vie est un projet de loi fondamental, extrêmement important, qui nous concerne tous. Il faut l’adopter, au nom des personnes malades, de leurs proches et de tous ceux qui auront un jour à vivre cette situation pénible. Pour nous, c’est une question d’humanité, tout simplement », a conclu Véronique Hivon.

Visionnez la conférence de presse.