Mise à jour économique : Bachand refuse de faire le ménage promis
mardi 25 octobre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Réagissant à la mise à jour économique rendue disponible en fin d’après-midi, le député de Rousseau et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement économique et de finances, Nicolas Marceau, constate que le ministre Raymond Bachand a renoncé à faire le ménage qu’il s’était engagé à faire.

« À la lecture des documents dévoilés par le ministère des Finances, force est de constater que le gouvernement libéral reporte dans le temps son engagement à mieux gérer ses dépenses et va se servir des fruits de la mauvaise entente de l’harmonisation des taxes pour compenser son inaction. En termes de choix budgétaires et politiques, on aura vu mieux », a déclaré le député de Rousseau.

En effet, dans son dernier budget, Raymond Bachand promettait d’assainir les finances publiques par un véritable contrôle des dépenses et s’engageait notamment à trouver 1 325 millions de dollars au cours des deux prochaines années. Or, le ministre, plutôt que de respecter son engagement à faire des efforts, préfère utiliser l’entente sur l’harmonisation des taxes. « Un bon gestionnaire aurait versé l’argent pour éliminer le déficit et aurait fait le ménage. Le ministre Bachand préfère la facilité », a souligné Nicolas Marceau.

Ralentissement économique : Bachand avoue que sa stratégie a atteint ses limites

Par ailleurs, le ministre a confirmé l’analyse du député de Rousseau à l’effet que la stratégie économique du gouvernement libéral, basée sur l’endettement et l’investissement en infrastructures publiques, avait atteint ses limites.

À l’occasion de sa conférence de presse, le ministre a en effet admis que, face à la croissance économique plus faible que prévu et à la possibilité d’une détérioration encore plus prononcée, le gouvernement libéral était à bout de ressources puisqu’il lui sera impossible d’augmenter davantage les dépenses en infrastructures, seul remède mis de l’avant par le gouvernement libéral au cours des dernières années pour soutenir l’économie québécoise.

« Pour traverser la dernière récession, le gouvernement libéral a emprunté massivement plus de 30 milliards de dollars pour stimuler l’économie à crédit. Aujourd’hui, le ministre Bachand a reconnu qu’il avait atteint la limite de cette stratégie et qu’il n’avait aucun autre plan. C’est inquiétant », a conclu Nicolas Marceau.