Manque de concurrence au Québec - Le Parti Québécois créera le Bureau de la protection des consommateurs du Québec
mardi 29 mai, 2018
Facebook
Twitter

Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, la vice-cheffe et porte‑parole en matière de famille et de justice, Véronique Hivon, et le porte-parole en matière de finances, Nicolas Marceau, ont présenté aujourd’hui la proposition du Parti Québécois pour favoriser la concurrence dans l’économie du Québec, afin que les consommateurs bénéficient de prix plus bas et d’un pouvoir d’achat accru : la création du Bureau de la protection des consommateurs du Québec.

EN BREF

  • Les Québécois paient trop cher leur essence, leurs produits d’épicerie, leurs services bancaires et plusieurs autres biens et services en raison notamment d’un manque de concurrence, mais aussi parce que certaines entreprises abusent de leur position dominante.
  • Le Bureau de la concurrence du Canada est inefficace et manque de rigueur.

  • Le Parti Québécois mettra sur pied le Bureau de la protection des consommateurs du Québec; ainsi, les entreprises ne pourront plus abuser des Québécois.

  • Les consommateurs d’ici bénéficieront de prix plus bas et d’un pouvoir d’achat accru; notre économie croîtra donc plus rapidement.

« Depuis une vingtaine d’années, au Canada, on peut observer des indices attestant que les marchés sont moins concurrentiels, plus concentrés. Résultat : les biens et services coûtent plus cher et les entreprises engrangent des profits anormalement élevés. Bref, les consommateurs québécois se font avoir : alors que plusieurs bouclent difficilement leurs fins de mois, ils paient trop cher ce qu’ils consomment », a déclaré Nicolas Marceau.

C’est pourquoi le Parti Québécois s’engage à créer le Bureau de la protection des consommateurs du Québec. « Au Canada, le Bureau de la concurrence a la responsabilité de maintenir une saine concurrence et de lutter contre les pratiques anticoncurrentielles des entreprises, mais il le fait très mal; il est mou, manque de rigueur, il est inefficace. Au Québec, nous avons l’Office de la protection des consommateurs, mais son mandat ne couvre pas les pratiques anticoncurrentielles ni l’abus de position dominante », a poursuivi Jean-François Lisée.

« Avec le Bureau de la protection des consommateurs du Québec, il y aura de vraies enquêtes et de vraies conséquences pour les entreprises qui abusent des Québécoises et des Québécois. Ainsi, il y aura davantage de concurrence dans notre économie, les prix seront plus bas, le pouvoir d’achat des consommateurs sera accru. Bref, toute notre économie en bénéficiera », a conclu Nicolas Marceau.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?