Lutte contre le tabagisme - Le Parti Québécois souhaite l’adoption du projet de loi avant l’été et présente ses amendements
mercredi 6 mai, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Rosemont et porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile et de prévention, Jean-François Lisée, souhaite que tout soit mis en œuvre par le gouvernement afin que le projet de loi visant à renforcer la lutte contre le tabagisme soit rapidement adopté. Il indique aussi que sa formation politique y apportera, principalement, deux amendements.

« Les longues consultations promises hier à l’Assemblée nationale par le premier ministre nous inquiètent, car c’est justement ce que l’industrie du tabac veut; avec sa capacité de mobilisation, elle espère limiter la volonté du gouvernement. Elle y est d’ailleurs souvent parvenue. Or, nous croyons que le consensus sur l’essentiel des mesures proposées est assez large, y compris chez les fumeurs, et qu’on dispose de suffisamment de temps, d’ici la fin de la session, pour mener les consultations, discuter du projet de loi et l’adopter. Nous offrons toute notre collaboration afin que ce projet de loi soit sanctionné avant l’été », a déclaré Jean-François Lisée.

Le député a aussi présenté les amendements que proposera le Parti Québécois. « Il y a deux omissions importantes dans ce projet de loi; nous allons donc déposer des amendements pour faire en sorte de combler ces lacunes. Premièrement, il n’y a rien à propos de l’emballage neutre. Or, l’Australie, l’Irlande, le Royaume-Uni et, plus récemment, la France ont adopté des lois rendant l’emballage neutre obligatoire. Les paquets ne doivent pas être attrayants ni inciter les jeunes à s’initier au tabac. Rappelons que chaque semaine, depuis la dernière révision de la loi, il y a 10 ans, 250 jeunes commencent à fumer. La ministre Lucie Charlebois a d’ailleurs affirmé être en faveur de cette mesure, ce matin; pourquoi, alors, ne pas l’avoir ajoutée dans son projet de loi? », a-t-il demandé.

« Le deuxième amendement vise à imposer un moratoire sur les nouveaux produits du tabac. Avant de commercialiser un nouveau produit, les compagnies de tabac devraient obtenir une autorisation d’un comité du ministère de la Santé. Cela nous empêcherait de devoir réviser, dans quelques années, la loi sur le tabac pour y assujettir de nouveaux produits, et permettrait de freiner la très grande créativité de l’industrie, qui tente d’attirer les jeunes vers ses produits », a conclu le député de Rosemont.