L’opposition officielle aux côtés des dirigeants et des travailleurs du chantier maritime Davie
mardi 28 novembre, 2017
Facebook
Twitter

Québec, le 28 novembre 2017 – En compagnie de représentants du chantier maritime Davie de Lévis, le chef de l’opposition officielle, Jean‑François Lisée, le porte-parole en matière de stratégie maritime et responsable de la région de la Chaudière-Appalaches, Harold LeBel, et la responsable de la région de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, ont dénoncé l’inaction libérale, tant à Ottawa qu’à Québec.

 

EN BREF

  • De concert avec les représentants du chantier maritime Davie de Lévis, l’opposition officielle a dénoncé l’inaction libérale, tant à Ottawa qu’à Québec.
  • Le gouvernement québécois doit se réveiller et faire pression sur Ottawa. Il faut exiger notre juste part.
  • Seulement la semaine dernière, plus de 100 emplois reliés à la Davie ont été abolis dans les régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches; 100 familles ont donc perdu un salaire juste avant Noël.

 

 

« Le gouvernement fédéral effectue en ce moment un investissement productif considérable, évalué à plus de 76 milliards de dollars. Et moins de 1 % de ce montant, soit quelque 650 millions, est investi au Québec. Alors que les gens d’ici contribuent à ces investissements en versant des dizaines de milliards en impôts, c’est à Vancouver et à Halifax qu’ils prendront forme », a souligné le chef de l’opposition officielle.

 

« Lorsque nous les avons questionnés, la semaine dernière, le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, et le premier ministre Philippe Couillard ont déclaré qu’Ottawa soutenait ne pas avoir besoin d’un deuxième navire ravitailleur. Or, selon un rapport rendu public, c’est totalement faux! Qu’a fait le gouvernement québécois pour faire pression sur Ottawa? Le premier ministre Philippe Couillard a timidement demandé au fédéral d’agir. C’est clairement insuffisant, nous devons insister, faire entendre raison à Ottawa », a ajouté Harold LeBel.

 

« Le chantier Davie a pourtant fait ses preuves, rappelle par ailleurs Agnès Maltais. Il y a deux ans, il a été désigné meilleur chantier naval en Amérique du Nord! De plus, le navire ravitailleur Astérix a été livré dans les temps et sans dépassement de coûts. Il n’y a donc aucune raison pour que nos travailleurs ne puissent pas continuer à montrer leur savoir-faire. L’Assemblée nationale doit parler d’une seule voix et exiger la juste part du Québec relativement à ces importants investissements fédéraux ».

 

« La semaine dernière seulement, les régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière‑Appalaches ont perdu plus de 100 emplois reliés à la Davie; quelque 100 familles devront donc composer avec un salaire en moins à l’approche du temps des fêtes. Ces gens peuvent compter sur nous; nous continuerons de les épauler. Nous ferons en sorte que les gouvernements libéraux, tant à Ottawa qu’à Québec, cessent de les ignorer et passent enfin à l’action », a conclu Jean‑François Lisée.