L'héritage libéral fait de l'ombre à la lutte aux avenants
mercredi 26 février, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre des Transports et ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, M. Sylvain Gaudreault, constate que la mauvaise planification des projets et la perte d'expertise dans l'appareil public, qui se sont accélérées sous l'ancien gouvernement libéral, continuent d'avoir des effets négatifs sur le bilan des avenants au ministère des Transports.

«Les contrats «libéraux», comme le mentionnait Julie Boulet, députée de Laviolette et ancienne porte-parole en matière de transports de l'opposition officielle, coûtent très chers aux Québécois» a déclaré le ministre Gaudreault.

À l'automne 2012, un rapport réalisé par la firme Secor-KPMG, commandé par le Secrétariat au Conseil du Trésor, révélait que 18 des 20 grands projets analysés connaissaient des dépassements de coûts en moyenne de 78%.


Un plan d'action qui porte ses fruits : 240M$ d'économies

«Le 12 novembre dernier, je dévoilais notre plan d'action Payer le juste coût pour les investissements routiers d'afin d'assurer plus d'intégrité, d'imputabilité et de réédition de comptes dans l'octroi et la gestion des contrats publics au ministère des Transports. Les mesures mises en place depuis septembre 2012 ainsi que celles présentées dans ce plan d'action nous ont permis de faire des économies de 240M$ seulement pour l'année 2013. La lutte à la collusion et la corruption est une priorité pour notre gouvernement» a poursuivi M. Gaudreault.

Rappelons que ce plan d'action découle d'un second rapport de la firme Secor-KPMG commandé en février 2013. Cette vérification externe visait notamment à examiner tous les coûts additionnels exigés dans les 12 derniers mois. Les conclusions de cet examen ont été dévoilées en juin dernier menant aux 16 mesures contenues dans le plan d'action. Sur ces dernières 11 étaient déjà réalisées ou en cours de réalisation.

Que propose la CAQ?

«Jamais un gouvernement n'a fait autant pour s'assurer que les Québécois paient le juste coût pour les investissements routiers. Nous continuerons d'agir avec diligence et responsabilité. La prochaine étape dans ce plan d'action est la création de l'Agence des infrastructures de transport du Québec. Que propose la CAQ pour contrôler les coûts et les «extras»? Que propose Éric Caire, député de La Peltrie et porte-parole en matière de transport de la CAQ, pour consolider et développer l'expertise au sein du ministère des Transports? Malheureusement, la CAQ continue de tergiverser sur sa position quant au projet de loi» a conclu M. Gaudreault.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?