« Les promesses de la CAQ coûteraient cher à l'économie du Québec» - Nicolas Marceau
jeudi 16 janvier, 2014
Facebook
Twitter

Montréal – Le ministre des Finances et de l'Économie, M. Nicolas Marceau, constate que la Coalition Avenir Québec et son chef continuent de faire une analyse erronée et opportuniste de la situation économique et budgétaire du Québec.

« La CAQ démontre à nouveau son amateurisme, en promettant des baisses d'impôts avec de l'argent qui doit servir à assainir nos finances publiques et à stimuler l'économie. Nous avons pris une décision responsable, c'est-à-dire de ne pas couper radicalement dans les dépenses, sans augmenter les impôts des contribuables et des entreprises, pour atteindre l'équilibre budgétaire. Ce que M. Legault propose aujourd'hui, c'est un chèque de 274 millions de dollars combiné à des coupes dans les dépenses de 1,75 milliard. Cela revient à promettre de freiner l'économie du Québec », a déclaré le ministre.

La CAQ propose de réduire la croissance économique

Une dépense fiscale de 274 millions de dollars et des coupes de 1,75 milliard de dollars dans les dépenses auraient un impact économique négatif de 0,35 %. La proposition de la CAQ ferait passer la croissance du PIB de 1,8 % à 1,45 % en 2014.

Également, dans Le point sur la situation économique et financière du Québec de l'automne 2013, un écart à résorber de 400 millions de dollars était identifié pour l'année 2014-2015. « C'est d'abord à cela qu'il faut s'attaquer. Il est fondamental de contrôler les dépenses et de financer les programmes existants avant de dépenser. Le meilleur service que nous pouvons rendre aux familles du Québec, c'est de continuer à remettre de l'ordre dans nos finances publiques », a ajouté le ministre.

Un travail à refaire

De plus, la mise à jour économique et budgétaire de l'automne a fait la démonstration que le Québec fait face à une inflation pratiquement nulle qui affecte négativement les revenus de l'État. « Dans son analyse bâclée, M. Legault affirme que les familles consomment moins, alors que c'est plutôt la stagnation des prix qui nuit à la croissance des revenus de l'État. La CAQ devrait laisser tomber sa baguette magique et refaire ses devoirs d'économie 101 », a souligné M. Marceau.

En effet, rappelons qu'en 2013, la croissance de la consommation réelle est demeurée stable à 1,8 %, alors la croissance de la consommation nominale, qui reflète le niveau des prix et l'inflation, a été révisée à la baisse. Elle se situe à 2,8 % plutôt qu'au taux de 3,4 % qui avait été prévu. Cela démontre que les Québécois dépensent autant, mais à des prix moindres.

« Avec sa promesse, la CAQ veut poser un geste qui aura un impact négatif sur la croissance économique, tout en continuant de vouloir sabrer dans les programmes de l'État. La CAQ dépense de l'argent que nous n'avons pas. Ces promesses iraient directement sur la carte de crédit de nos enfants », a conclu M. Marceau.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?