Les libéraux reculent sur les seuils d’immigration
mercredi 13 avril, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, et le porte-parole du Parti Québécois en matière d’immigration et de communautés culturelles, Maka Kotto, constatent finalement le recul du premier ministre libéral Philippe Couillard quant à la hausse des seuils d’immigration.

« Nous assistons au festival de la contradiction. Dans le bilan qu’a fait Philippe Couillard de son gouvernement, il a réitéré son intention de hausser les seuils d’immigration à 60 000. Pour expliquer sa décision, il a dit que le Québec avait besoin d’augmenter sa population active. Mais sa ministre de l’Immigration, Kathleen Weil, a affirmé le contraire. Le premier ministre, se rendant finalement à l’évidence, a reculé. Alors que nous lui disons depuis des semaines que hausser les seuils n’était pas raisonnable, en raison de notre capacité d’intégration, il a finalement entendu raison ce matin », a déclaré Pierre Karl Péladeau.

Les députés du Parti Québécois rappellent que ce n’était pas la première fois que le premier ministre affirmait son désir d’augmenter les seuils à 60 000. Il l’a fait en juin 2015, lors d’un congrès, et il l’a réitéré lors du dépôt de la nouvelle politique en matière d’immigration, de participation et d’inclusion. On peut même lire, dans cette politique, qu’ « à partir d’un niveau de 60 000 personnes immigrantes admises annuellement, le Québec éviterait un recul de sa population en âge de travailler ».

« La question de l’intégration est primordiale et sensible, sur le plan du travail et celui de la francisation, notamment. Nous avons le devoir de nous occuper d’abord adéquatement de celles et de ceux qui sont déjà ici et à qui le gouvernement libéral peine à apporter des réponses tangibles en matière de francisation, d’emploi et de reconnaissance des acquis; de celles et de ceux qui ont fait le choix du Québec et qui doivent s’intégrer le mieux possible à notre société. Alors même que sa politique dit le contraire, la ministre doit préciser ses intentions quant aux seuils à atteindre », a ajouté Maka Kotto.