« L'enrichissement du Québec passe par le développement des régions du Québec » - Pauline Marois
vendredi 24 août, 2012
Facebook
Twitter

La Pocatière – La chef du Parti Québécois, Pauline Marois, a présenté aujourd'hui ses engagements pour le développement des régions. Avec un gouvernement péquiste, trois principales actions soutiendront les régions du Québec : un fonds de développement de 500 millions de dollars, une loi sur la décentralisation et le renforcement de la Politique nationale de la ruralité. « Au Parti Québécois, nous sommes convaincus que l'avenir du Québec passe par le développement des régions, c'est pourquoi nous proposons des mesures qui leur permettront de faire face aux nouveaux défis de l'avenir », a déclaré Pauline Marois.

De concert avec les Centres locaux de développement et sous la direction de la Banque de développement économique du Québec, un gouvernement du Parti Québécois investira 500 millions de dollars dans des fonds régionaux afin de favoriser la diversification des économies locales et régionales. Ces fonds régionaux permettront aussi de créer de l'emploi partout à travers le Québec. « Nous reverrons les fonds de capital de risque publics en abolissant notamment les controversés Fonds d'intervention économique régionaux (FIER) », a-t-elle expliqué.

Le Parti Québécois entend faire de la décentralisation l'une de ses priorités. Nous adopterons une loi-cadre sur la décentralisation calquée sur celle déposée par le député de Berthier, André Villeneuve, en novembre dernier. « L'occupation du territoire est un enjeu fondamental pour le Parti Québécois. Il est essentiel que les centres de décisions et les services soient accessibles à tous les Québécois, peu importe la région où ils habitent. Pour s'enrichir collectivement, nous devons nous appuyer sur des régions prospères où les Québécois peuvent compter sur des emplois de qualité et sur des services accessibles », a assuré Pauline Marois.

Un gouvernement du Parti Québécois compte aussi renforcer la Politique nationale de la ruralité en bonifiant le Pacte rural à compter de 2015. Adoptée en 2001 par le gouvernement du Parti Québécois, la Politique nationale de la ruralité poursuit l'objectif d'offrir au monde rural et aux régions davantage d'outils de développement en misant sur leurs particularités. Plus de 8000 projets ont pu voir le jour grâce à cette politique saluée par l'OCDE.

« En renforçant la Politique nationale de la ruralité, en décentralisant des pouvoirs vers les régions et en instaurant un fonds de 500 millions, les régions du Québec auront les moyens de se développer et de contribuer à l'enrichissement collectif. Les libéraux ont négligé les régions depuis neuf ans et les caquistes n'offrent rien de nouveau. Avec le Parti Québécois, les citoyens pourront compter sur un gouvernement à l'écoute de leurs besoins et de leurs réalités. C'est à nous de choisir! », a conclu Pauline Marois.