L’effet libéral : plus de jeunes sur l’aide sociale
mardi 27 janvier, 2015
Facebook
Twitter

Québec – À la lumière des statistiques montrant l’augmentation du nombre de jeunes de moins de 25 ans bénéficiant de l’aide sociale, le député de Rimouski et porte-parole de l’opposition officielle en matière de lutte à la pauvreté, de solidarité et d’économie sociale, Harold LeBel, ainsi que le député de Saint-Jean et porte-parole en matière d’emploi, de formation professionnelle, d’alphabétisation et de jeunesse, Dave Turcotte, demandent au gouvernement libéral d’agir fermement et sans attendre pour stimuler la création d’emplois et le développement économique dans toutes les régions du Québec.

« Le nombre de jeunes bénéficiaires de l’aide sociale a augmenté de 14,4 % au cours de la dernière année. L’effet libéral néfaste n’épargne visiblement personne; on le constate maintenant chez les jeunes, qui sont souvent les premiers à perdre leur emploi lorsque le marché du travail va mal. La hausse importante du taux de pauvreté chez les jeunes n’est pas un phénomène isolé. Elle est la conséquence directe des actions libérales, qui attaquent de plein fouet les plus vulnérables et les plus démunis de notre société. Alors que la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale est venue à échéance en 2013, ce gouvernement n’a aucune vision ni mesure concrète à proposer en matière de solidarité sociale. D’ailleurs, je crains fort que sa future réforme de l’aide sociale ne soit qu’une attaque supplémentaire contre nos jeunes », a déclaré Harold LeBel.

Les libéraux, champions des pertes d’emplois

« Le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, a mis la cause de ces déboires en lumière : le piètre état du marché du travail et de l’emploi. En effet, il s’est perdu 35 900 emplois à temps plein depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir. Le Québec a le pire bilan au Canada en matière de création d’emplois, et le gouvernement ne fait rien pour remédier à cette fâcheuse situation. Il attend. Cette inaction libérale fait mal aux familles et aux jeunes. Le gouvernement doit trouver comment stimuler la création d’emplois. S’il cherche des idées, nous l’invitons à reprendre notre politique économique Priorité emploi », a ajouté Dave Turcotte.

Le député souligne par ailleurs que la réforme des carrefours jeunesse-emploi (CJE) fait en sorte que des milliers de jeunes se retrouvent sans services et sans appui. « Dans plusieurs régions, les budgets des CJE sont coupés de 10 %. Comment le gouvernement pense-t-il pouvoir éviter que d’autres jeunes se retrouvent sur l’aide sociale, alors qu’il coupe des ressources importantes pour les soutenir? », a-t-il conclu.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?