Le premier ministre Philippe Couillard se range à l’idée de Pierre Karl Péladeau
samedi 30 avril, 2016
Facebook
Twitter

Québec – À la veille de la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs, alors que le premier ministre Philippe Couillard semble s’engager dans la voie de la tenue d’un sommet économique pour relancer l’emploi au Québec, le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, qui avait proposé cette idée dès le 18 mai 2015, tend à nouveau la main au gouvernement.

« Dès mon arrivée comme chef du Parti Québécois, constatant la morosité et l’absence d’un plan crédible et consensuel en matière économique, j’ai proposé au premier ministre la tenue de ce sommet. Je lui suggérais alors de convier les acteurs socioéconomiques à un important rendez-vous où nous pourrions tous contribuer à définir les moyens et les priorités d’un véritable plan de croissance durable. Plusieurs acteurs avaient appuyé l’idée, rejetée toutefois du revers de la main par Philippe Couillard. Aujourd’hui, nous sommes heureux qu’il semble finalement y consentir », a déclaré Pierre Karl Péladeau.

Depuis que le Parti Québécois a fait cette proposition de sommet économique au premier ministre, la situation s’est encore dégradée, rendant la tenue de cette rencontre des acteurs socioéconomiques plus pressante que jamais : croissance limitée à 1 %, investissements des entreprises à zéro, aucun emploi créé au cours des 12 derniers mois.

Rappelons que le chef du Parti Québécois a effectué, de son côté, une tournée des grands acteurs de l’économie et de l’économie sociale du Québec, afin de pouvoir présenter des propositions pour stimuler la croissance et assurer la prospérité de nos régions. Certaines d’entre elles seront dévoilées prochainement.

Le premier ministre doit le confirmer « Nous demandons à Philippe Couillard de confirmer rapidement la tenue de cette rencontre et de nous indiquer quand elle aura lieu. Elle doit se faire dans les meilleurs délais. Nous offrons, comme nous l’avons fait depuis un an, notre collaboration. L’austérité libérale a fait mal au développement économique, alors qu’il ne s’est pas créé d’emploi depuis un an. Nous devons faire mieux », a conclu le chef du Parti Québécois.