Le PLQ et la CAQ manquent de vision pour la culture
jeudi 3 avril, 2014
Facebook
Twitter

Montréal – Le candidat du Parti Québécois dans Bourget et ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, le candidat dans Jean?Talon, Clément Laberge, et la candidate dans Verdun, Lorraine Pintal, condamnent le manque de vision du Parti libéral du Québec et de la Coalition Avenir Québec dans le domaine de la culture.

Muet depuis le début de la campagne sur ses engagements en culture, le chef du PLQ, Philippe Couillard, a déclaré hier, dans un coup de théâtre dont lui seul a le secret, qu’il ne savait pas si l’état des finances publiques lui permettra de maintenir l’enveloppe de 150 M$ sur sept ans pour la Stratégie culturelle numérique du Québec.

De son côté, François Legault n’a rien à dire sur la culture. Il ne s’est même pas donné la peine d’aborder le sujet pendant la campagne électorale, sauf pour dire qu’il annulerait des projets déjà annoncés et qui font l’unanimité, comme le projet Le Diamant de Robert Lepage ou celui des Nouvelles?Casernes.

« Le 26 mars dernier, lors de l’annonce de nos engagements en culture, nous avons mentionné que nos adversaires n’avaient pas de vision ni d’ambition pour la culture. Philippe Couillard a prouvé hier que notre analyse est la bonne : rien de rassurant pour l’aide à la création et à la diffusion des œuvres de nos créateurs. La culture est essentielle au développement de la nation québécoise et on voit très bien que Philippe Couillard n’a rien à dire à ce sujet », a affirmé Lorraine Pintal.


« Le numérique est devenu un puissant vecteur de transmission pour la culture et le patrimoine, ainsi qu’un levier majeur de développement économique pour les médias et les industries culturelles. Pour maintenir la vitalité et la compétitivité de ce secteur sur les scènes et les marchés locaux, nationaux et internationaux, l’État doit accompagner les milieux culturels dans leur transition vers l’univers numérique. On a déjà trop attendu pour soutenir les créateurs et les entrepreneurs du domaine, qui font face à la transformation de leurs disciplines et des canaux de diffusion leur permettant de faire rayonner notre culture partout dans le monde », a ajouté Clément Laberge.

Rappelons que le Québec accusait un véritable retard dans la prise du virage numérique en culture, à cause de l’inaction du gouvernement libéral. La Stratégie culturelle numérique, dévoilée le 3 mars dernier et assortie d’une enveloppe de 150 M$, comblera ce retard. Elle a été unanimement saluée par le milieu culturel.

« Le Parti Québécois s’est engagé à faire en sorte que le secteur de la culture prenne le virage numérique et à encourager la philanthropie culturelle. Si le milieu culturel veut pouvoir compter sur un gouvernement qui l’appuie, il doit choisir le Parti Québécois. Nous sommes déterminés à défendre la culture et la langue française », a conclu Maka Kotto.

Il nous faut les moyens d’agir

Nous avons un plan et l’équipe pour réussir. Aujourd'hui, il est temps de nous donner les moyens d'aller plus loin encore.