Le Parti Québécois réaffirme son soutien à l’énergie éolienne
jeudi 21 août, 2014
Facebook
Twitter

Rimouski – Le député de Marie-Victorin et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie, de ressources naturelles et de développement nordique, Bernard Drainville, le député de Rimouski, Harold LeBel, et le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, s’inquiètent de l’avenir de l’industrie éolienne au Québec, plus particulièrement dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, et demandent au gouvernement de respecter l'échéance du 3 septembre 2014 relativement à l'octroi d’un bloc de 450 MW.

« Ces projets représentent des retombées économiques majeures pour ces régions, dont beaucoup d'emplois créés ou maintenus. Malheureusement, le gouvernement libéral refuse de dire s’ils se réaliseront. Ce même gouvernement et le ministre responsable des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Jean D'Amour, restent tout aussi silencieux devant la campagne de dénigrement qui est menée actuellement contre l’énergie éolienne. Les libéraux et Jean D’Amour doivent se brancher, mettre fin aux tergiversations et annoncer qu’ils vont de l’avant », a déclaré Bernard Drainville.

Conformément aux décrets émis par le gouvernement du Parti Québécois, Hydro-Québec Distribution a lancé, en décembre 2013, un appel d’offres pour l’achat d’un bloc d’énergie éolienne produite par des parcs représentant une puissance installée de 450 MW, soit 300 MW pour les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, et 150 MW pour d’autres projets ailleurs au Québec.

« Qui, au gouvernement, défend l’industrie éolienne et ses travailleurs? Je ne mets pas en doute la bonne foi du ministre Jean D’Amour mais, pour l’instant, c’est silence radio de son côté et c’est inquiétant. Il doit prendre la parole, défendre cette industrie et appuyer plus vigoureusement les communautés impliquées. Je rappelle que les profits nets que se partageraient à parts égales les partenaires, c’est-à-dire les MRC de la région et la Première Nation Malécite de Viger, seront réinvestis ici et il ne fait aucun doute que nous avons besoin de ces investissements. Quand entendrons-nous le ministre régional? », a demandé le député de Rimouski.

« La filière éolienne est un secteur d’avenir chez nous. Elle représente des investissements importants et des emplois de qualité dans plusieurs régions du Québec, dont ici, dans l’Est du Québec, et dans la MRC de la Matanie en particulier. Cette énergie propre et renouvelable a généré une industrie manufacturière dynamique et, pour les régions d’accueil, elle est symbole de vitalité économique. Elle nous permettrait de développer un savoir-faire dans un secteur d’avenir et porteur de projets. Les travailleurs de la région et l’ensemble du Québec en bénéficieraient », a ajouté, pour sa part, Pascal Bérubé.

Une industrie payante

Rappelons que l’éolien emploie 5000 personnes à temps plein au Québec, dont 1200 en Gaspésie et dans la MRC de la Matanie. Le salaire moyen annuel de ces travailleurs est 30 % plus élevé que la moyenne québécoise. Selon la firme SECOR-KPMG, en une décennie, le développement de la filière éolienne au Québec aura permis des investissements de 10 G$, une création annuelle de richesse de l’ordre de 473 M$ et des revenus fiscaux et parafiscaux annuels de 75 M$ pour le gouvernement du Québec.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?