Le Parti Québécois presse le gouvernement du Québec d'appliquer la loi afin de poursuivre les compagnies de tabac
mercredi 30 mai, 2012
Facebook
Twitter

Québec – Le Parti Québécois presse le gouvernement du Québec de se servir de la Loi sur le recouvrement du coût des soins de santé et des dommages-intérêts liés au tabac adoptée il y a trois ans afin d'enclencher le processus juridique prévu à la loi.

« Il y a trois ans, l'Assemblée nationale adoptait unanimement une loi pour donner les outils au gouvernement afin de poursuivre les compagnies de tabac pour les dommages en santé créés auprès des citoyens et qui ont un impact énorme sur les coûts de santé de l'ensemble de la population. Ça fait 153 semaines que le gouvernement a ce qu'il faut pour agir, il lui en reste seulement trois. Il est temps de passer à l'action maintenant », a déclaré la députée de Taschereau et porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, Agnès Maltais.

La députée s'est montrée inquiète de voir le gouvernement tergiverser, malgré que l'Assemblée nationale ait voté le projet de loi no 43 en juin 2009. « Légiférer n'est pas une partie de plaisir, c'est un travail sérieux auquel nous avons l'obligation de donner suite. Ça fait plus de dix ans que le Québec prépare sa stratégie pour affronter les compagnies de tabac, à l'instar de plusieurs autres juridictions en Amérique du Nord. À trois semaines du délai imposé par la loi, il est normal de forcer le ministre de la Santé, Yves Bolduc, à enfin procéder », a poursuivi Agnès Maltais.

Selon certaines évaluations lors de l'étude du projet de loi en commission parlementaire, le ministre Bolduc évoquait que la consommation de tabac au Québec représente un coût d'environ un milliard de dollars par année pour le système de santé.

« L'idée n'est pas de réinventer la roue, mais d'appliquer une loi dûment adoptée par l'Assemblée nationale et qui s'inspire de ce qui s'est fait ailleurs. Après le 19 juin, il sera trop tard. Ça presse », a conclu Agnès Maltais.