Le Parti Québécois présente ses engagements pour la métropole
lundi 27 août, 2012
Facebook
Twitter

Montréal – L'équipe des candidats du Parti Québécois de la région métropolitaine annonce ses engagements pour Montréal. « Un gouvernement du Parti Québécois nommera un ministre responsable de la Métropole. Les libéraux ont abandonné Montréal et ses enjeux prioritaires, soit le transport collectif, la voirie, la francisation et l'intégration des nouveaux arrivants, la lutte contre la pauvreté et l'itinérance. Ces dossiers ont rarement retenu l'attention du premier ministre, a déploré la candidate du Parti Québécois dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles, Nicole Léger. Nous allons redresser cette situation. Le gouvernement du Québec doit gouverner sa métropole de façon intégrée et coordonnée. »

Le ministre responsable de la Métropole sera doté de l'autorité et des pouvoirs nécessaires pour assurer la cohérence des politiques gouvernementales envers Montréal. Il sera appuyé par un comité ministériel permanent et assurera les liens avec la Communauté métropolitaine de Montréal dans la réalisation du Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD).

Garder nos familles à Montréal

Nicole Léger est aussi revenue sur les engagements du Parti Québécois en matière de famille. « Nous devons garder nos familles à Montréal. Depuis l'arrivée au pouvoir du Parti libéral, le déficit migratoire interrégional de Montréal est supérieur à 20 000 personnes. Il faut changer cela! », a-t-elle lancé. Un gouvernement du Parti Québécois assurera la juste part de Montréal quant à la construction de logements sociaux et communautaires et complétera le réseau des centres de la petite enfance afin que chaque enfant ait accès à une place en garderie.

« Nous conclurons aussi une entente avec la Ville de Montréal concernant la revitalisation urbaine intégrée, a ajouté Nicole Léger. Il est important de conserver un tissu social diversifié et un bon équilibre intergénérationnel pour préserver la cohésion et éviter l'appauvrissement et le vieillissement de la métropole. Nos quartiers doivent demeurer des milieux de vie attrayants pour tous. »

Environnement et transport collectif

Le candidat dans la circonscription de Gouin, Nicolas Girard, a quant a lui présenté les engagements du Parti Québécois en matière d'environnement et de transport collectif. « Nous allons moderniser et électrifier le réseau de transport collectif, a-t-il déclaré. La congestion routière s'est accentuée au cours des dix dernières années et elle nous coûte maintenant 1,5 milliard de dollars par année. Il n'y a eu aucune nouvelle station de métro sur l'île depuis 30 ans. Et pendant qu'on ne fait rien, les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter et d'étouffer notre planète. »

Un gouvernement du Parti Québécois prolongera la ligne bleu du métro jusqu'à Anjou et ajoutera des voies réservées dans tous les projets routiers à venir pour la grande région de Montréal. Afin d'atteindre 40 % d'augmentation de l'achalandage du réseau de transport en commun d'ici 2020, la priorité financière sera accordée aux projets de transports collectifs priorisés par la communauté montréalaise.

« Nous allons améliorer la qualité de l'environnement avec la pleine participation des citoyens, a poursuivi Nicolas Girard. Conformément aux principes établis par le PMAD, nous protégerons les boisés et les milieux humides sur l'île de Montréal. Nous augmenterons aussi l'offre en transport collectif et nous développerons l'économie verte de Montréal. »

La lutte au gaspillage fait aussi partie des priorités de la plateforme du Parti Québécois pour Montréal. Les programmes de réhabilitation des réseaux d'aqueduc et d'égout seront revus afin de réduire les pertes dans la distribution de l'eau potable et améliorer le traitement des eaux usées.

Protéger la langue française et faire rayonner notre culture

La protection de la langue française et la promotion de la culture sont au cœur des engagements du Parti Québécois pour la métropole. « Nous allons adopter une nouvelle Charte de la langue française afin de faire du français la langue officielle du travail et de l'enseignement. Ce n'est pas normal que plus du quart des commerces montréalais ne respectent pas les dispositions de la loi 101 sur l'affichage et n'accueillent pas leur clientèle en français. Il faut redonner à Montréal son visage français », a déclaré le candidat du Parti Québécois dans la circonscription de Rosemont, Jean-François Lisée, en ajoutant que la vitalité culturelle de Montréal constitue aussi une grande force d'attraction internationale sur laquelle il faut miser pour attirer les investissements.

« Les sièges sociaux et les grandes entreprises quittent Montréal. Ce sont des emplois bien rémunérés qui sont perdus. Il faut arrêter cette saignée et intervenir plus rapidement, en s'appuyant sur la nouvelle Banque de développement économique du Québec, que nous allons créer, et la Caisse de dépôt et placement du Québec. Nous devons aussi miser sur la force de notre culture, de notre langue et de notre identité distincte pour attirer les meilleurs chez nous », a-t-il ajouté.

« La langue française et le dynamisme culturel font de Montréal une ville unique. Ce sont des forces d'attraction pour des travailleurs qualifiés et des entrepreneurs de partout. Nous devons miser sur ces forces. Notre langue et notre culture sont nos meilleures cartes de visite pour inviter le monde entier à venir chez nous », a affirmé Jean-François Lisée.

Lutte au décrochage et soutien à l'emploi

Pour la candidate dans la circonscription de Crémazie, Diane De Courcy, l'éducation et l'économie constituent deux thèmes incontournables pour l'avenir de la métropole. « Nous allons accélérer les efforts dans la lutte au décrochage et mieux préparer les élèves aux exigences du XXIe siècle. Pour y arriver, nous valoriserons la relève en science et technologie et nous soutiendrons une future cité des métiers afin de rendre la formation professionnelle plus accessible aux moins de 20 ans », a-t-elle soutenu.

« N'oublions pas non plus que le secteur manufacturier s'est considérablement affaibli depuis les dix dernières années. Le taux de chômage est 3 % plus élevé à Montréal qu'ailleurs au Québec. Plusieurs usines ont fermé leurs portes, c'est inacceptable! », a ajouté Diane De Courcy.

Pour s'attaquer à ces problèmes, un gouvernement du Parti Québécois créera les conditions favorables pour retenir les entreprises et en attirer de nouvelles, notamment en appuyant les pôles d'excellence de la ville. « La vitalité culturelle de Montréal constitue une carte de visite exceptionnelle pour attirer de nouveaux investissements. Mais la formation d'une main-d'œuvre qualifiée et le soutien aux pôles de développement économique dans certains secteurs clés constituent les meilleures façons de les retenir. Il est temps que Montréal redevienne la locomotive économique du Québec! », a conclu Diane De Courcy.