Le Parti Québécois présente Gabrielle Lemieux dans la circonscription de Saint-Henri-Sainte-Anne
vendredi 9 octobre, 2015
Facebook
Twitter

Montréal – Le chef du Parti Québécois, Pierre Karl Péladeau, est heureux d'annoncer la candidature de Gabrielle Lemieux à l'élection partielle dans la circonscription de Saint-Henri-Sainte-Anne.

« Ces élections partielles sont l'occasion pour les Québécois d'envoyer un message fort au gouvernement de Philippe Couillard : l'austérité libérale, c'est non. Partout au Québec, et ici, dans Saint-Henri, les gens subissent les conséquences des coupes idéologiques du PLQ. Aujourd'hui, je veux dire aux citoyens de Saint-Henri-Sainte-Anne qu'il existe mieux. La solution à l'austérité libérale, c'est le Parti Québécois et Gabrielle Lemieux. Mme Lemieux est une jeune administratrice du domaine de la santé qui œuvre depuis quelques années comme agente de planification au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal. Ses racines dans Saint-Henri-Sainte-Anne sont profondes et elle comprend les aspirations et les défis des gens de la circonscription », a indiqué le chef du Parti Québécois.

« C'est un honneur pour moi de porter les couleurs du Parti Québécois, les couleurs de mes convictions. J'aime profondément Saint-Henri-Sainte-Anne. Les citoyens, les organismes et les entreprises y sont frappés de plein fouet par l'austérité libérale. Saint-Henri-Sainte-Anne, c'est une circonscription où les gens s'entraident, où les gens tiennent aux services publics, où ils aspirent toujours à améliorer leur sort. Pour ce faire, nous avons besoin de nos écoles publiques, de nos centres d'éducation populaire. Nous avons besoin de nos centres locaux de développement et de nos carrefours jeunesse-emploi. Nous avons besoin de soutenir les proches aidants et les parents de jeunes enfants qui cherchent des places en garderie. Nous avons besoin d'un réseau de santé fort et au service de la population. Le 9 novembre, les gens de Saint-Henri-Sainte-Anne pourront voter pour tout cela et je suis confiante qu'ils opteront pour un vent de changement, pour une façon de faire plus humaine », a ajouté Gabrielle Lemieux.