Le Parti Québécois permettra une meilleure conciliation travail-vie personnelle grâce au télétravail
jeudi 30 août, 2018
Facebook
Twitter

Le chef et la vice-cheffe du Parti Québécois, Jean‑François Lisée et Véronique Hivon, « accompagnés » de Paul St-Pierre Plamondon, candidat du Parti Québécois dans Prévost, ont présenté le plan du Parti Québécois pour améliorer la conciliation travail-vie personnelle; cela passe notamment par le télétravail.

EN BREF

  • Le Parti Québécois propose de revoir complètement notre façon de travailler; nous voulons 200 000 télétravailleurs de plus d’ici 2025.
     
  • Nous appuierons et accompagnerons les PME (entreprises de 500 employés et moins) dans leur transition vers le télétravail, notamment par le biais d’un crédit d’impôt pour la première année et la mise en place de ressources adaptées : des incitatifs financiers de 13 M$ par année.
     
  • L’option du télétravail sera également favorisée dans l’appareil gouvernemental.
     
  • Les entreprises qui participeront à ce programme pourront afficher un label ou un logo montrant qu’ils encouragent le télétravail; une certification de type « ISO » pourrait même être envisagée.
     
  • Moins de temps sur les routes, et plus avec nos proches : on améliore la qualité de vie des gens tout en réduisant les embouteillages et notre empreinte écologique!

 

« Depuis le début de la campagne, nous multiplions les propositions pour donner plus de temps aux familles. Aujourd’hui, nous misons sur les outils technologiques pour faciliter la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle. En 2018, ceux-ci sont suffisamment performants pour qu’on puisse s’y fier sans que le rendement en soit affecté. Notre objectif est donc qu’il y ait 200 000 télétravailleurs de plus au Québec d’ici 2025 », a annoncé Jean‑François Lisée.

Selon l’étude du CIRANO, les économies réalisées par un travailleur faisant deux jours de télétravail par semaine sont estimées entre 600 $ et 3500 $ annuellement. Pour l’entreprise, les économies peuvent atteindre 10 000 $.

« Pour y arriver, il faut évidemment accompagner les PME, les employeurs. C’est pourquoi nous mettrons en place, pour la première année, un crédit d’impôt qui les aidera à implanter le télétravail lorsque les tâches des employés le permettent. Pour montrer l’exemple, l’État va favoriser le télétravail; nous estimons que dans certaines sociétés d’État et dans la fonction publique, plusieurs personnes pourraient télétravailler au moins une journée par semaine », a enchaîné Paul St-Pierre Plamondon.

« Nous permettrons ainsi aux Québécois d’avoir plus de temps pour eux et pour leurs proches. En plus, en limitant les déplacements, on réduit la congestion routière et les émissions de GES. Selon le nombre de jours de télétravail effectués, cette mesure retirera de 14 000 à 35 000 voitures des routes chaque jour, ce qui correspond à entre 16 000 et 40 000 tonnes de GES par année. Rappelons que dans le grand Montréal, un travailleur peut passer l’équivalent d’une semaine dans sa voiture, chaque année, seulement pour les allers-retours entre son domicile et son bureau! Le temps est venu de repenser nos façons de faire. Le Parti Québécois propose un bouquet de mesures concrètes qui vont réellement en ce sens », a conclu Véronique Hivon.

Pour notre fiche explicative, cliquez ici.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?