Le Parti Québécois participe aux troisièmes États généraux de l'itinérance au Québec
mardi 16 juin, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Rosemont et porte-parole de l’opposition officielle en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile et de prévention, Jean-François Lisée, a assisté, hier, aux troisièmes États généraux de l’itinérance au Québec; prenant la parole, il a réitéré l’urgence de corriger le tir pour lutter efficacement contre le phénomène.

« En février 2014, le gouvernement du Parti Québécois avait lancé une politique pour lutter contre l’itinérance, et l’initiative avait été saluée de toutes parts. Bien sûr, il aurait été souhaitable pour tout le monde que le gouvernement de Philippe Couillard reprenne le flambeau et poursuive dans la direction tracée mais, étonnamment, il a décidé de changer de stratégie. En effet, en décembre dernier, le gouvernement a lancé un plan d’action pour lutter contre l’itinérance, mais il n’y a pas associé les moyens financiers nécessaires. De plus, il pose des gestes incohérents avec les orientations qu’il s’est données. Le résultat, aujourd’hui, c’est que le milieu doit composer avec des mesures d’austérité qui ont inévitablement un impact sur la lutte contre l’itinérance », a déclaré Jean-François Lisée.

« En mars dernier, le gouvernement libéral n’a offert aucune résistance lorsque le fédéral a imposé sa vision en matière de lutte contre l’itinérance, qui se limite à la formule "logement d’abord?. Ainsi, en raison d’un manque de courage politique, l’approche québécoise, qui avait fait ses preuves, a été mise de côté. De plus, toutes les compressions qu’impose le gouvernement de Philippe Couillard – en éducation, en santé, à l’aide sociale, en matière de logement, et j’en passe – sont totalement contre-productives, évidemment. À Montréal, d’ici l’été, une cinquantaine d’organismes auront perdu leur financement pour lutter contre l’itinérance; à Québec, c’est près d’une vingtaine qui se retrouve sur la corde raide. Il faut se souvenir qu’ultimement, ce sont des milliers de personnes à risque d’itinérance qui perdent le précieux soutien dont elles pouvaient bénéficier auparavant », a ajouté le porte-parole.

Dans ces circonstances, les efforts des groupes communautaires et des intervenants qui œuvrent à sortir les personnes vulnérables de la rue sont particulièrement remarquables. « Chaque jour, ces femmes et ces hommes font des miracles avec des ressources limitées; ils méritent non seulement notre reconnaissance, mais également notre soutien. Je remercie d’ailleurs le Réseau SOLIDARITÉ itinérance du Québec, qui a organisé ces troisièmes États généraux; l’exercice, mobilisateur et inspirant, s’avère plus nécessaire que jamais pour lutter efficacement contre l’itinérance », a conclu le député de Rosemont.