Le Parti Québécois jusqu’au bout avec les parents
dimanche 23 septembre, 2018
Facebook
Twitter

Le chef et la vice-cheffe du Parti Québécois, Jean-François Lisée et Véronique Hivon, ainsi que les candidats Dave Turcotte (Saint-Jean) et Nicolas Dionne (Iberville), ont présenté le plan du Parti Québécois visant à donner de meilleurs services aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle (DI), un trouble du spectre de l’autisme (TSA) ou un handicap, et à leurs proches.

 

EN BREF

Le Parti Québécois s’engage à :

  •  Investir 30 M$ dans les services en DI la première année; ce montant sera ensuite majoré de 10 M$ par année afin d’atteindre un réinvestissement de 60 M$ annuellement au terme du mandat.
  • Poursuivre l’investissement de 30 M$ dans les services pour les TSA la première année; ce montant sera ensuite majoré de 10 M$ par année afin d’atteindre un réinvestissement de 60 M$ annuellement au terme du mandat.
  • Mettre en place une politique pour les proches aidants, qui offrira 8 heures de répit par semaine, et mieux financer les groupes communautaires : 200 M$, récurrents et cumulatifs, durant le mandat.
  • Investir 24 M$ annuellement, à terme, afin de tendre vers l’équité sur le plan de l’aide gouvernementale entre les familles naturelles ayant un enfant handicapé et les familles d’accueil prodiguant des soins à ces enfants.
  • Augmenter le financement du soutien à domicile d’au moins 100 M$ par année pendant 5 ans – à terme, donc, de 500 M$ par année.
  • Ajouter au mandat de la Régie du logement la mission de faire des vérifications régulières dans les résidences privées pour personnes aînées afin que l’augmentation du coût des loyers n’excède pas la recommandation de la Régie.
     

Jean-François Lisée a d’abord rappelé le combat qu’a mené le Parti Québécois aux côtés du groupe Parents jusqu’au bout, qui milite pour que tous les enfants handicapés obtiennent l’équité sur le plan des services, que leur famille soit naturelle ou d’accueil. « Ensemble, nous avons dénoncé avec force le déficit de compassion de Philippe Couillard. L’austérité que son gouvernement a imposée a eu de graves conséquences pour des milliers d’enfants et de familles. Aujourd’hui, je suis très fier de présenter un plan crédible et complet qui mettra en place un continuum de services et de soins à la hauteur des besoins des personnes vivant avec un handicap, une DI ou un TSA, de leur famille, et de celles et de ceux qui les aident au quotidien », a d’abord déclaré le chef.

 

Premièrement, le Parti Québécois s’engage à réduire les temps d’attente pour obtenir un diagnostic. « Selon le témoignage de plusieurs parents, l’attente peut aller jusqu’à 12, voire 24 mois dans certaines régions où on manque de ressources et d’expertise. C’est inacceptable! Ce n’est guère mieux pour les services eux-mêmes qui, souvent, sont inaccessibles. Pour améliorer l’accès aux services et garantir un dépistage précoce d’un TSA, nous investirons 30 M$ dès la première année de notre mandat et majorerons ce montant de 10 M$ chaque année. À terme, donc, 60 M$ supplémentaires seront consacrés aux ressources et aux services liés aux TSA. Et il y aura autant d’argent pour la DI », a expliqué Dave Turcotte.

 

Ensuite, nous mettrons en place une politique pour les proches aidants. « Nous leur garantirons 8 heures de répit par semaine. On reconnaîtra ainsi la valeur de leur engagement, leur travail et les sacrifices auxquels ils consentent. Nous financerons également beaucoup mieux les organismes communautaires qui soutiennent ces proches aidants et les personnes vivant avec une DI, un TSA ou un handicap elles-mêmes. Le Parti Québécois s’engage en effet à rehausser le financement des organismes d’action communautaire autonome de l’ensemble des secteurs de 200 M$, récurrents et cumulatifs, durant le mandat. Ces groupes pourront alors mieux accompagner les personnes, notamment sur le plan de l’emploi, du logement, des finances personnelles, etc. », a ajouté la vice-cheffe, Véronique Hivon.

 

« Nous cesserons, par ailleurs, de faire une différence entre les familles qui s’occupent d’un enfant vivant avec un handicap, selon qu’elles soient naturelles ou d’accueil. À terme, nous investirons 24 M$ pour tendre vers l’équité des services, dans toutes les régions. Et chacune de ces familles pourra compter sur des services professionnels – de répit, de dépannage, de gardiennage, d’information ou de soutien psychologique. Les parents que nous avons rencontrés réclament aussi davantage de flexibilité dans les programmes qui leur sont destinés; avec nous, ils l’auront », a poursuivi Nicolas Dionne.

 

Le Parti Québécois compte également bonifier le soutien à domicile. « Nous investirons 100 M$ par année, pour atteindre 500 M$, à terme, afin d’amorcer un réel virage en matière de santé et services sociaux pour les personnes vivant avec un handicap, une DI ou un TSA. Les personnes vulnérables, qui ont besoin de soins ou de soutien, doivent pouvoir en obtenir chez elles. Les CHSLD ne seront plus la seule option; nous privilégions l’autonomie, et nous donnerons aux gens les moyens d’appliquer ce principe en simplifiant et en bonifiant le programme chèque emploi-service, notamment. De la même façon, nous ferons en sorte que la Régie du logement surveille la hausse des loyers en résidence privée », a indiqué Véronique Hivon.

 

« Il faut mieux s’occuper de notre monde. C’est là un des grands enjeux de cette campagne électorale. Le Parti Québécois a la bonne équipe, le bon plan et, surtout, une volonté de fer. Avec nous, ce sera fini, le déficit de compassion », a conclu Jean-François Lisée.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?