Le Parti Québécois dénonce les compressions libérales dans les soins de santé en Gaspésie
jeudi 3 décembre, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a souligné, aujourd’hui à l’Assemblée nationale, que plus de 9500 personnes se sont mobilisées pour dénoncer les effets de l’austérité libérale en Gaspésie. En présence de la députée de Taillon et porte-parole du Parti Québécois en matière de santé et d’accessibilité aux soins, Diane Lamarre, il a joint sa voix à celle des initiatrices d’une pétition demandant au gouvernement libéral d’annuler les coupes afin de maintenir l’accès aux soins de santé et leur qualité.

« Le ministre de la Santé ne peut plus prétendre que ses coupes de 450 M$ cette année dans le réseau n’affectent pas l’accès aux soins et aux services. En Gaspésie, l’austérité en santé se traduit par des coupes de 22 M$. Plus concrètement, ce sont 10 des 24 lits de chirurgie qui ont été fermés à l’Hôpital de Maria, et 12 postes d’infirmières auxiliaires qui ont été coupés. À la résidence Saint-Joseph, un poste d’infirmière auxiliaire a été aboli. Au CHSLD de New Carlisle, il n’y a désormais qu’une seule infirmière de jour pour s’occuper de 72 résidents en très lourde perte d’autonomie », a dénoncé Sylvain Roy.

« Le ministre est le seul à se croire quand il dit que les coupes libérales n’affectent pas l’accès aux soins. Voici d’autres exemples : le service mobile de dépistage du cancer du sein a été aboli en Gaspésie, alors qu’il avait permis à 355 femmes d’avoir accès à un test de dépistage l’an dernier, et le service d’urologie se retrouve sans médecin et ne sera plus disponible dans le secteur de la Baie-des-Chaleurs. Le ministre a refusé de garantir aux citoyens que ces services seront rétablis et que les coupes cesseront; c’est inacceptable », a ajouté Diane Lamarre.

« Pendant que le ministre de la Santé donne des centaines de millions à ses collègues médecins, il coupe dans l’essentiel, soit la santé et la sécurité des Gaspésiens. C’est tout simplement dangereux, et ça doit cesser! », ont conclu les députés.