Le Parti Québécois demande le dépôt d’un plan pour les universités et les cégeps
lundi 18 janvier, 2021
Facebook
Twitter

Québec, le 17 janvier 2021 – Le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon, ainsi que le député de Bonaventure et porte-parole du parti en matière d’enseignement supérieur, Sylvain Roy, demandent au gouvernement de déposer un plan visant à garantir la qualité de l’enseignement dans les établissements d’enseignement supérieur. En outre, le Parti Québécois souhaite que le gouvernement accélère la bonification de l’aide en santé mentale offerte aux étudiants.

 

 
EN BREF

-Le Parti Québécois demande à la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, de déposer un plan visant à garantir la qualité de l’enseignement dans les établissements d’enseignement supérieur.

-On ne note aucune amélioration de l’aide en santé mentale, plus de deux mois après l’annonce de nouvelles sommes censées la bonifier; le gouvernement doit accélérer le pas afin de réduire la détresse psychologique que ressentent de nombreux étudiants.

-Pour contrer l’isolement des étudiants, le Parti Québécois demande aussi à la ministre McCann d’étudier la possibilité de mettre en place des classes hybrides, en utilisant notamment les tests rapides disponibles.

 

« Alors que les cours universitaires ont déjà débuté et que la rentrée au cégep est à nos portes, le gouvernement donne l’impression d’avoir oublié nos jeunes adultes. Il ne semble pas y avoir de directives claires du ministère pour assurer un seuil minimal dans la qualité de l’enseignement, et on nous a rapporté plusieurs problèmes liés à celle-ci. Par exemple, certains étudiants n’ont eu droit qu’à un PDF pour compléter l’ensemble de leurs cours! », a d’abord mentionné Paul St-Pierre Plamondon, qui ajoute que les professeurs sont également laissés à eux-mêmes, alors que les conditions d’enseignement n’ont jamais été aussi difficiles. « Le gouvernement doit donner des directives claires et offrir davantage d’encadrement », insiste le chef du Parti Québécois.

 

Par ailleurs, la situation actuelle entraîne de nombreux défis sur le plan psychologique. « Actuellement, 64 % des étudiants au collégial affirment que leur santé psychologique se détériore. Environ 6 % évoquent même des pensées suicidaires! On ne peut tout simplement pas rester passifs devant de tels chiffres. Ça fait déjà deux mois que le gouvernement nous a annoncé de nouvelles sommes pour bonifier l’aide en santé mentale, mais rien ne s’est matérialisé sur le terrain jusqu’à ce jour. On ne sait même pas quand et comment cette aide viendra. En plus, l’intervention d’hier du premier ministre nous a laissé plus de questions que de réponses. Je lui demande donc d’écouter le cri du cœur des étudiants et d’agir immédiatement; nous avons depuis longtemps dépassé l’étape la réflexion », a poursuivi Sylvain Roy

 

« Un des problèmes souvent évoqués, c’est l’isolement, a enchaîné Paul St-Pierre Plamondon; pour le contrer, on peut penser à mettre en place des classes hybrides, comme le réclament les associations étudiantes. Il y a déjà plus de deux mois, nous avons demandé à la ministre McCann si elle avait étudié cette possibilité, et nous attendons toujours la réponse. Avec l’arrivée des tests rapides, je réitère notre proposition au gouvernement : il faut qu’il évalue cette possibilité, et qu’il déploie toutes les ressources nécessaires pour que ce soit sécuritaire. »

 

– 30 –

 

SOURCE :     Lucas Medernach

                     Directeur des communications

                     Parti Québécois

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?