Le Parti Québécois demande de nouveau une commission parlementaire spéciale
dimanche 3 novembre, 2019
Facebook
Twitter

Québec, le 1er novembre 2019 – Le député de René-Lévesque et porte-parole du Parti Québécois en matière de finances, Martin Ouellet, demande de nouveau la mise sur pied d’une commission parlementaire spéciale pour obtenir des explications et trouver des solutions concernant le vol de données personnelles survenu, notamment, chez Desjardins, et qui touche maintenant plus de 4 millions de Québécois; à ses yeux, l’exercice est devenu « plus que nécessaire ».

 
EN BREF

  • Compte tenu des nouvelles révélations, selon lesquelles pratiquement tous les membres de Desjardins ont été victimes de la fuite, une commission parlementaire spéciale pour examiner la question devient incontournable.
  • Les parlementaires doivent donner l’heure juste aux Québécois, et trouver des pistes de solution qui permettraient de mieux protéger leurs données personnelles.
     
     

« En plus des clients de Desjardins, on compte des milliers d’autres victimes, entre autres chez Revenu Québec et Capital One. En clair, ces derniers mois, plus de la moitié des Québécois et des Québécoises ont été touchés par un vol de données. La situation est exceptionnelle, sans précédent. Plus personne ne se sent à l’abri d’une éventuelle fuite. Tout le monde est inquiet. Et le gouvernement ne se sentirait pas interpellé? Impensable », a déclaré d’entrée de jeu Martin Ouellet.

« Le gouvernement de la CAQ doit revenir sur sa décision, faire preuve d’ouverture et d’écoute, et aller rapidement de l’avant avec la mise sur pied d’une commission parlementaire pour traiter de cet enjeu, comme nous l’avons déjà réclamé à plusieurs reprises », a-t-il poursuivi.

Plus précisément, le porte-parole demande aux membres de la Commission des finances publiques d’étudier de nouveau le mandat d’initiative déposé par le Parti Québécois en septembre. Celui-ci réclamait la tenue d’une telle commission parlementaire, au cours de laquelle des groupes comme Desjardins, Revenu Québec, Equifax et l’Autorité des marchés financiers seraient entendus.

« Une fois de plus, j’insiste : il ne s’agit pas de trouver un coupable. Notre demande vise plutôt à donner l’heure juste aux Québécois et aux Québécoises, et à définir un plan d’action pour que de telles situations n’arrivent plus, a ajouté Martin Ouellet. D’ailleurs, j’ai déjà écrit au président de la commission pour qu’il se saisisse d’urgence de notre demande », a-t-il conclu.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?