Le Parti Québécois complétera le réseau de services de garde éducatifs
mardi 18 septembre, 2018
Facebook
Twitter

Le chef et la vice-cheffe du Parti Québécois, Jean-François Lisée et Véronique Hivon, ainsi que les candidats Nicolas Marceau (Rousseau), Mathieu Traversy (Terrebonne), André Villeneuve (Berthier), Éric Tremblay (Repentigny), Sylvie Langlois (L’Assomption) et Diane Gadoury-Hamelin (Masson), se sont engagés à compléter le réseau de services de garde éducatifs en créant 26 800 nouvelles places en CPE dans un premier mandat, ce qui éliminera la liste d’attente.

 
Le parti politique ayant offert aux parents québécois la meilleure politique familiale en Amérique du Nord réitère donc son engagement ferme en faveur des CPE, le modèle offrant la meilleure qualité de services.
 
EN BREF
 
Le Parti Québécois s’engage à :
  • Créer 26 800 nouvelles places en CPE dans un premier mandat, ce qui éliminera la liste d’attente.
  • Abolir la taxe famille et réduire le tarif pour le 2e enfant.
  • Instaurer la gratuité à partir du 3e enfant et pour les familles à faible revenu.
  • Revoir à la hausse les critères de qualité.
     
Compléter le réseau des CPE
Pour le Parti Québécois, les services de garde, ce sont des services éducatifs. Pas un modèle d’affaires. « Les CPE préparent les enfants à leur entrée en maternelle. Et, toutes les études le démontrent, c’est là qu’on trouve les meilleurs services, la plus grande qualité. C’est pourquoi nous prenons l’engagement ferme de créer 26 800 nouvelles places en CPE dans un premier mandat; nous compléterons, ainsi, le réseau des services de garde éducatifs », a affirmé Jean-François Lisée.
 
Des tarifs réduits et équitables
Nicolas Marceau a pour sa part rappelé que c’est grâce aux gouvernements du Parti Québécois que les parents québécois bénéficient aujourd’hui de la meilleure politique familiale en Amérique du Nord. « Et ce n’est pas fini. Nous voulons aller encore plus loin. Nous abolirons la taxe famille; autrement dit, nous reviendrons au tarif unique. Ce sera 8,05 $ pour le premier enfant, 4 $ pour le deuxième, et gratuit pour le troisième et les suivants, même s’ils ne fréquentent pas la garderie au même moment. Pour les familles dont les revenus sont inférieurs à 34 000 $ par année, ce sera gratuit. Le tarif sera plus bas, aussi, pour celles qui sont éligibles au crédit d’impôt pour solidarité, ce qui touchera quelque 85 000 enfants », a-t-il expliqué.
 
Augmenter encore la qualité des services
« Un autre de nos objectifs est de continuer à rehausser les critères de qualité pour l’ensemble des garderies, publiques comme privées. Nous avons déjà de hauts standards, mais nous ne ménagerons aucun effort pour rendre les services fournis aux enfants encore meilleurs. De plus, nous protégerons les budgets liés à l’éducation, à l’enfance et à la protection de la jeunesse par le biais de notre projet de loi bouclier. Plus que jamais, nous prouvons que nous sommes le véritable parti des familles, celui qui croit, entre autres, à l’importance de l’égalité des chances », a insisté André Villeneuve. 
 
« Nous lançons aussi le signal que nous croyons aux services de garde éducatifs, surtout aux CPE. Dans cette optique, nous ouvrons la porte à la conversion des places privées. Nous discuterons des modalités d’un éventuel programme non contraignant avec les associations représentatives, afin d’inciter à la conversion », a enchaîné Véronique Hivon.
 
La politique libérale est un échec
« Le réseau des centres de la petite enfance est le cœur de notre politique familiale. Malheureusement, pendant les années libérales, le développement de places dans les garderies publiques a cédé le pas à la multiplication des garderies privées, et la taxe famille libérale a obligé certains parents à payer plus de 20 $ par jour ou à inscrire leurs enfants dans des garderies commerciales, par souci d’économie. En plus d’aller piger 160 M$ par année dans les poches des familles québécoises, les libéraux ont freiné la création de places en CPE et coupé plus de 150 M$ dans le réseau. Jamais un gouvernement n’aura été aussi nocif pour les CPE », a par ailleurs rappelé la vice-cheffe. 
 
« La politique libérale est un échec, c’est indiscutable. Et ce n’est certainement pas l’obsession de François Legault pour les irréalistes maternelles 4 ans ou encore son préjugé favorable pour le "modèle d’affaires" des garderies commerciales qui feront en sorte que le Québec pourra s’occuper convenablement des tout-petits », a conclu Jean-François Lisée. 
 
Pour notre fiche explicative, cliquez ici.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?