Le Parti Québécois annonce de nouvelles mesures pour renforcer l’intégrité
lundi 24 mars, 2014
Facebook
Twitter

Drummondville – La première ministre du Québec et chef du Parti Québécois, Pauline Marois, accompagnée du candidat dans Drummond–Bois Francs, Daniel Lebel, et du candidat dans Chambly et ministre de la Justice, Bertrand St Arnaud, a annoncé qu’un gouvernement du Parti Québécois continuera de mettre en place de nouvelles mesures afin de lutter contre la corruption et de renforcer l’intégrité.

Dès son arrivée au pouvoir, le gouvernement du Parti Québécois a adopté les projets de loi sur l’intégrité en matière de contrats publics et sur le nouveau régime de financement des partis politiques nationaux, permettant de relever de ses fonctions un élu municipal accusé au criminel. Ces lois, ainsi que d’autres mesures, ont notamment permis au gouvernement d’économiser 240 M$ dans les travaux routiers.

Un gouvernement du Parti Québécois déposera un projet de loi spécifique qui facilitera la divulgation d’actes répréhensibles dans les organismes publics tout en assurant la protection des « lanceurs d’alerte ».


« Si de telles dispositions avaient été instaurées sous le règne libéral de Jean Charest, des employés de l’État auraient pu dénoncer, sans crainte de représailles, les choix effectués par le cabinet d’un ministre libéral, notamment en ce qui concerne l’attribution de places subventionnées en garderie, le contrôle politique du programme des infrastructures sportives ou encore le système de nomination de juges en fonction de l’affiliation politique », a déclaré Daniel Lebel.

« Alors que le gouvernement libéral n’a rien fait pendant neuf ans, laissant la situation se dégrader, notre gouvernement a fait le grand ménage. On a mis en place des lois et des pratiques pour enrayer la corruption et la collusion. Lorsqu’on demande à Philippe Couillard s’il est à l’aise avec l’héritage de Jean Charest, il évite de répondre. Comment peut-on lui faire confiance pour mettre en place les futures recommandations de la commission Charbonneau? », a ajouté Bertrand St Arnaud.


« Il n’y a qu’avec un gouvernement du Parti Québécois que la population peut être assurée que la lutte contre la corruption et la collusion se poursuivra, et que l’intégrité sera au centre des préoccupations du gouvernement », a conclu Pauline Marois.

Il nous faut les moyens d’agir

Nous avons un plan et l’équipe pour réussir. Aujourd'hui, il est temps de nous donner les moyens d'aller plus loin encore.

Visionnez la conférence de presse.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?