Le Parti libéral abandonne les organismes luttant contre le décrochage scolaire
lundi 21 septembre, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Lac-Saint-Jean et porte-parole du Parti Québécois en matière d’éducation, de recherche et de persévérance scolaire, Alexandre Cloutier, dénonce le fait que le gouvernement libéral ait complètement abandonné les organismes régionaux qui ont pour mission de lutter contre le décrochage scolaire.

En effet, des 20 instances régionales de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative, près de la moitié ont pratiquement cessé leurs activités, tandis que les autres sont en mode survie. « Comment le premier ministre Philippe Couillard peut-il accepter que les organismes qui coordonnent l’action contre le décrochage scolaire disparaissent, alors que tous conviennent que cela doit être une priorité pour le Québec? », a demandé Alexandre Cloutier.

Les instances régionales de concertation ont pour mission de rassembler les acteurs sociaux d’une région autour d’une même table afin d’élaborer une stratégie pour s’attaquer au décrochage, notamment dans les milieux où le taux de réussite est moins élevé. Leur financement était jusqu’à récemment assuré par le Secrétariat à la jeunesse, les conférences régionales des élus, les forums jeunesse régionaux, les commissions scolaires, les cégeps et les universités, des organisations ayant été soit abolies, soit touchées par les coupes du gouvernement.

« Le gouvernement libéral est en train de déconstruire les efforts des régions qui se sont prises en main pour augmenter la réussite de nos jeunes. Il doit annoncer sans délai qu’il va débloquer le financement nécessaire pour assurer la survie des 20 instances régionales de concertation », a poursuivi le député de Lac-Saint-Jean.

Recul de 20 ans en éducation

Cette situation regrettable vient ajouter aux difficultés causées par les compressions qui affectent directement les services aux élèves dans les écoles publiques du Québec. En cette période de rentrée scolaire, des centaines de postes de spécialistes sont abolis partout à travers le Québec. Des classes spécialisées destinées aux élèves à besoins particuliers sont également fermées par dizaines.

« Ce gouvernement n’a aucune vision à long terme. Pour lui, l’éducation n’est qu’une colonne de chiffres. À preuve, rappelons que le Parti libéral a l’intention d’augmenter le nombre d’élèves par classe, de ne plus tenir compte des besoins particuliers des élèves en difficulté dans le calcul des ratios maître-élèves, et d’abolir plus de 2000 postes d’enseignants-orthopédagogues et d’enseignants-ressources. Ce serait un recul de 20 ans pour le Québec en éducation! », a déploré Alexandre Cloutier.