Le ministre Yves-François Blanchet annonce l'agrandissement du parc national du Mont-Saint-Bruno
vendredi 8 novembre, 2013
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, M. Yves-François Blanchet, est fier d'annoncer que l'agrandissement du parc national du Mont-Saint-Bruno est maintenant officiel. La superficie de ce parc national s'accroît de plus de 50 % pour passer de 578 à 884 hectares.

« Cette augmentation considérable de la superficie du parc national vise en priorité des zones de préservation consacrées à la protection de la nature. Il y aura donc plus d'espace pour mieux protéger des écosystèmes fragiles ou des espèces en péril au parc national du Mont-Saint-Bruno, qui est le plus fréquenté de notre réseau. Dans une région où les pressions sur les milieux naturels vont croissant, notamment en raison de la densification de la population, cet agrandissement représente une contribution majeure pour assurer l'équilibre entre le développement et la protection de l'environnement », a déclaré le ministre Blanchet.

L'acquisition, par le MDDEFP, des terres privées et d'autres propriétés d'envergure qui appartenaient à la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, au ministère de la Défense nationale du Canada et au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, a été réalisée au coût de 1 220 000 $. Dans l'immédiat, la gestion et l'application de la réglementation sur les parcs en seront facilitées puisque plusieurs propriétés acquises étaient jusqu'alors enclavées dans le territoire de ce parc national sans en faire partie.

Parmi les différentes composantes naturelles qui seront dorénavant mieux protégées, mentionnons que les cinq lacs, qui étaient de tenure privée lors de la création du parc en 1985, sont maintenant inclus dans le périmètre du parc national du Mont-Saint-Bruno. En plus de la tourbière du lac des Atocas et des terres humides situées dans la section sud-ouest du parc, deux nouveaux secteurs profitent de mesures de protection accrue. Il s'agit d'une érablière à caryer et d'une chênaie rouge à érablière à sucre, chacune étant considérée comme un écosystème forestier exceptionnel au Québec.

« L'agrandissement du parc national du Mont-Saint-Bruno répond au désir exprimé par de nombreux citoyens de la région depuis plusieurs années. Il s'agit d'un gain pour la qualité du milieu de vie des citoyens qui résident à proximité du parc national, mais aussi pour l'ensemble de la région. Notre gouvernement continuera de travailler à la protection des collines Montérégiennes, qui forment un important noyau de conservation dans les régions de Montréal, de la Montérégie et de l'Estrie », a tenu à souligner le ministre Yves-François Blanchet.