Le ministre Poëti se laisse narguer par UberX
vendredi 13 novembre, 2015
Facebook
Twitter

Montréal – La députée de Vachon et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Martine Ouellet, déplore que le service de taxi illégal UberX continue son expansion au Québec, et ce, sous le nez du ministre des Transports, Robert Poëti, qui refuse d’agir.

« Depuis son arrivée au Québec, le service de transport illégal UberX ne cesse de croître. L’entreprise annonçait hier, en grande pompe, qu’elle allait désormais desservir les villes de Laval et de Longueuil. Pendant ce temps, pendant que l’entreprise continue son expansion en défiant les lois du Québec, le ministre Poëti affirme du bout des lèvres que le service est illégal », a déclaré Martine Ouellet.

Plus tôt cette semaine, le porte-parole de l’entreprise disait que le nombre de courses UberX était en forte augmentation. Cet automne, durant les journées de manifestation des chauffeurs de taxi, UberX a même eu le culot d’offrir des rabais à ses membres. L’entreprise nargue littéralement le gouvernement du Québec, et le ministre Poëti se contente de regarder la parade.

« J’ai demandé à plusieurs reprises au ministre Poëti de mettre fin aux opérations illégales d’UberX. J’ai même déposé un amendement en commission parlementaire pour augmenter les amendes imposées aux taxis illégaux, mais le ministre l’a rejeté. S’il est vraiment sérieux quand il dit vouloir s’attaquer à l’illégalité d’UberX, je lui offre toute ma collaboration pour adopter un projet de loi d’ici Noël. Cette loi pourrait prévoir des amendes beaucoup plus importantes, des saisies de véhicules prolongées, des points d’inaptitude, allant même jusqu’à la suspension des permis pour les récidivistes. Les honnêtes chauffeurs de taxi se battent tous les jours pour une paye parfois en deçà du salaire minimum. Ils doivent maintenant composer avec une concurrence illégale et déloyale de plus en plus féroce, car le gouvernement libéral se traîne les pieds », a conclu Martine Ouellet.