Le ministre Pierre Duchesne annonce un investissement de 700 000 $ dans la recherche sur la maladie de Steinert
mardi 17 septembre, 2013
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Pierre Duchesne, est fier d'annoncer l'octroi d'une subvention de 700 000 $ à la société de valorisation de la recherche universitaire Univalor pour soutenir un projet de recherche visant le développement d'un traitement contre la dystrophie myotonique de type 1, aussi appelée maladie de Steinert. Le coût total du projet s'élève à 900 000 $. Le fonds d'amorçage AmorChem, spécialisé en biotechnologie, y contribuera pour sa part à hauteur de 200 000 $.

« À l'aube du dépôt de la Politique nationale de la recherche et de l'innovation, le gouvernement peut déjà s'appuyer sur un réseau de recherche en santé qui se démarque. Je me réjouis de la collaboration entre les centres de recherche et les entreprises. Cette collaboration est d'ailleurs un des axes privilégiés de la future Politique nationale de la recherche et de l'innovation. Les chercheurs que nous appuyons aujourd'hui seront en mesure d'effectuer de la recherche en vue d'améliorer la qualité de vie des Québécois », a souligné le ministre Duchesne.

Le promoteur du projet, Univalor, contribue depuis plus de dix ans à la valorisation de la recherche universitaire en créant des liens entre l'université et le monde des affaires. Plus particulièrement, il contribue à commercialiser les découvertes scientifiques et les innovations technologiques issues des travaux de chercheurs de l'Université de Montréal et ses centres de santé affiliés, de Polytechnique Montréal et de HEC Montréal.

« Nous sommes heureux que le Dr Pascal Chartrand et son équipe à l'Université de Montréal bénéficient de l'appui financier du Programme de soutien à la valorisation et au transfert du gouvernement du Québec, a indiqué M. Jacques Simoneau, président-directeur général d'Univalor. Ce programme a un impact positif indéniable sur la capacité des chercheurs à faire avancer leurs travaux et constitue pour Univalor un outil clé dans l'accomplissement de son mandat de valorisation de la recherche universitaire. Jumelée à l'appui d'un partenaire d'affaires solide tel qu'AmorChem, qui injectera 300 000 $ supplémentaires pour la réalisation d'autres travaux de chimie réalisés par NuChem Thérapeutiques, la contribution du gouvernement du Québec nous permet aujourd'hui de lancer un message d'espoir aux personnes atteintes de dystrophie myotonique de type 1. »

La dystrophie myotonique de type 1 ou maladie de Steinert

Particulièrement répandue au Québec, principalement dans les régions de Charlevoix et du Saguenay-Lac-Saint-Jean, la dystrophie myotonique de type 1 est la forme la plus commune de dystrophie musculaire chez l'adulte. Les personnes atteintes présentent des symptômes de perte de tonus musculaire, de faiblesse musculaire généralisée, d'arythmie cardiaque, de somnolence excessive et de cataractes. Le développement de cette maladie est variable, mais elle progresse lentement et mène à une invalidité complète du patient. Il n'existe actuellement aucun traitement pour cette maladie.

« Les compagnies pharmaceutiques s'intéressent particulièrement aux maladies orphelines et recherchent constamment de nouvelles pistes innovatrices pour leur traitement. Nous misons sur le fait que les travaux accomplis dans le cadre de ce projet sauront répondre à leurs attentes », dit Inès Holzbaur, associée principale chez AmorChem.

Programme de soutien à la valorisation et au transfert

Cette subvention de 700 000 $ s'inscrit dans le cadre du troisième volet du Programme de soutien à la valorisation et au transfert, consacré au soutien à la maturation technologique. Ce volet vise à favoriser la mise en valeur des résultats de la recherche institutionnelle ayant un réel potentiel commercial et qui correspondent aux besoins du milieu des affaires et de la société.

Le projet d'étude préclinique soutenu par la subvention et qui vise le traitement de cette maladie génétique rare sera mené au sein de l'Université de Montréal sous la direction scientifique du Dr Pascal Chartrand.

Pour plus de renseignements sur les programmes et les services du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, visitez le www.mesrst.gouv.qc.ca.