Le ministre Pierre Corbeil ignore l'ampleur du phénomène de l'abattage rituel religieux et son influence sur le prix
vendredi 23 mars, 2012
Facebook
Twitter

Québec – « L'incapacité du ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Corbeil, à dresser un portrait détaillé de l'abattage rituel religieux au Québec est inacceptable. Les informations transmises par le ministre sont insatisfaisantes et ne nous permettent pas de connaître l'ampleur du phénomène.»

C'est ce qu'a déclaré le député de Kamouraska-Témiscouata et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'agriculture et d'alimentation, André Simard, au terme d'une interpellation à l'Assemblée nationale portant sur l'agriculture.

La semaine dernière, le député avait publiquement réclamé du ministre Corbeil un portrait complet sur un dispositif permis par la loi, soit l'abattage rituel religieux. « Je le répète : nous ne remettons pas en question cet aspect de la loi. Ce qui est anormal par contre, c'est que le ministre et son ministère ne détiennent aucune information sur une disposition de leur loi!, a indiqué André Simard, qui entend revenir à la charge lors de l'étude des crédits qui aura lieu le mois prochain. Le ministre Corbeil ne peut pas se défiler; il a l'obligation de dresser un portrait complet de la situation de l'abattage rituel religieux », a-t-il ajouté.

Notons que le ministre Corbeil a été incapable de préciser si l'abattage rituel religieux avait une influence sur le prix.

Viande provenant de l'abattage rituel religieux : les Québécois veulent savoir

Les normes québécoises prévoient des mesures pour insensibiliser les animaux et minimiser leurs souffrances lors de l'abattage. « Cela doit être la règle générale et l'abattage rituel religieux doit être l'exception », a souligné le député.

Afin de répondre aux préoccupations de tous, le Parti Québécois croit qu'il est nécessaire que le gouvernement mette en place un système d'étiquetage pour que le consommateur soit informé de la provenance de la viande qu'il achète.

« Les Québécois veulent savoir ce qu'ils mangent. Le gouvernement libéral a donc l'obligation aujourd'hui de répondre à leur volonté et en l'occurrence, tout doit être fait pour que des règles sur l'étiquetage soient instaurées rapidement. Le ministre Corbeil a ce qu'il faut pour agir; il en a même reçu l'ordre de son premier ministre. Il ne peut donc pas se rabattre sur le fédéral pour se croiser les bras », a conclu André Simard.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?