Le gouvernement libéral ramènera-t-il la politisation du réseau de garderies?
mercredi 19 novembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Terrebonne et porte-parole de l’opposition officielle en matière de famille, Mathieu Traversy, s’inquiète que le gouvernement, en envisageant la conversion des places non subventionnées en places subventionnées, revienne à l’époque de la politisation de l’attribution des places, à la source du scandale des garderies libérales.

« La conversion aura les mêmes conséquences que ce que dénonçait le rapport du Vérificateur général dans la foulée du scandale des garderies libérales : un développement désordonné et subjectif. Est-ce qu’on doit comprendre de la volonté de la ministre, qui entend favoriser les garderies privées, qu’elle va évacuer la sélection transparente des projets, par le biais des comités de sélection régionaux, et ramener la politisation du réseau, comme à l’époque de Tony Tomassi? », a questionné Mathieu Traversy.

Le député rappelle les propos que la ministre Francine Charbonneau a tenus en juin dernier, lors de l’étude des crédits budgétaires; elle se disait alors contre la conversion, puisque ce procédé ne créait aucune nouvelle place : « Je n’en crée pas plus, je ne fais qu’accommoder des gens qui ont ouvert des garderies », avait-elle déclaré.

« Cet été, la ministre était contre la conversion. Aujourd’hui, elle est pour. Qui l’a convaincue de changer d’idée? La présidente de la Coalition des garderies privées non subventionnées du Québec et ex-candidate du PLQ dans Blainville? Les garderies privées non subventionnées sont surtout situées dans la région métropolitaine; que dit la ministre aux services de garde en milieu défavorisé ou dans toutes les autres régions du Québec, qui avaient reçu leur confirmation pour de nouvelles places et qui ont vu leur projet être stoppé? », a conclu le député de Terrebonne.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?