Le gouvernement libéral poursuit ses efforts visant à faire du Québec une « province comme les autres »
mercredi 17 décembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires intergouvernementales canadiennes, Stéphane Bergeron, déplore vivement la décision du gouvernement libéral, annoncée en douce à l’approche des fêtes, de fermer le Bureau du Québec à Ottawa et l’antenne québécoise à Vancouver.

« Le gouvernement libéral a déjà totalement baissé les bras devant le gouvernement fédéral. Le premier ministre laisse Ottawa décider de ce qui se passe sur notre territoire, notamment sur le plan environnemental et en ce qui concerne les transferts fédéraux en santé. Comment s’assurer que la voix et les intérêts du Québec soient entendus dans la capitale du Canada si le Québec n’y est plus? Philippe Couillard poursuit sa grande marche vers son seul objectif : faire du Québec une province comme les autres », a déclaré Stéphane Bergeron.

Pourtant, le Québec est présent à Ottawa depuis 1908 pour veiller à ses intérêts dans la capitale fédérale. En 1984, il y consolidait sa présence en instituant le Bureau du Québec à Ottawa, tel qu'on le connaît aujourd'hui. « Dans ses efforts de banalisation du Québec, Philippe Couillard rompt avec la politique traditionnelle de notre gouvernement national; la fermeture du Bureau du Québec à Ottawa l'illustre éloquemment », a ajouté le député de Verchères.

La décision de fermer notre antenne à Vancouver est tout aussi incompréhensible et potentiellement dommageable. « Chaque année, le Québec exporte pour 5 milliards de dollars de produits et services en Colombie-Britannique. Ces échanges importants seront maintenant gérés à partir de Toronto. Or, pour les améliorer, la présence sur le terrain et à proximité des entreprises sur place est essentielle. La fermeture de l’antenne du Québec à Vancouver est un non-sens », a conclu Stéphane Bergeron.